Baston et diversité

J’ai été témoin d’une petite baston entre automobilistes à la porte d’Aubervilliers. Deux divers bien gras avaient décidé d’en venir aux mains pour une raison inconnue de moi. Le plus gros qui, pour autant que j’ai pu en voir, a eu très vite le dessus, s’est permis quelques coups de pieds sur son ennemi du moment qui était à terre.

Une bagarre est un rituel social de règlement des conflits. Ce rituel peut laisser des marques et basculer de façon dramatique, mais il est cependant codifié même si ni nous ni les protagonistes ne nous en rendons compte. Il s’agit de violence sociale, c’est à dire de violence intervenant entre les membres d’un même groupe qui se reconnaissent comme tels et tranchent une situation de rivalité. C’est pour cela que la plupart des bagarres se finissent après quelques coups de poings bien sentis et que chacune repart de son côté, l’un parfois moins glorieusement que l’autre car il a été soumis.

J’ai été témoin d’un nombre conséquent de bagarres et j’ai la drôle d’impression que de plus en plus, la bagarre de rivalité tourne à l’affrontement de prédation. On entre alors dans le champ de la violence asociale : il ne s’agit plus de soumettre un rival mais de détruire un ennemi. D’où la violence accrue et les lynchages et autres coups de pieds sur un antagonistes déjà recroquevillé au sol. Ce type de violence ne considère pas que la soumission suffit, il faut à tout prix faire du mal à l’autre – et les conséquences sont potentiellement beaucoup plus dramatiques. Ce glissement tient à mon sens à ce que des opposants dans une rixe ne se considèrent plus comme faisant partie d’un même groupe.  C’est une conséquence fatale de la diversité : une société multiraciale et multiculturelle n’a plus le liant social nécessaire pour que les membres se considèrent comme faisant partie d’un même groupe. Dès lors, tout est permis lors de la moindre altercation avec un individu d’un groupe différent, puisqu’il n’est, en définitive, rien d’autre qu’un ennemi à détruire.

La société multiracaille est la guerre de tous contre tous.

Publié dans Société | Tagué , , | 4 commentaires

Une page de psychologie collectiviste

Un de mes collègue que je surnomme Germinal pour sa propension à arborer une casquette d’ouvrier m’a raconté l’autre jour qu’il avait surpris trois jeunes dans son boxe, là où il entrepose du matériel. Les trois importuns avaient fracturé la porte et s’étaient installé pour fumer quelques bragines tranquillement. Le collègue en question les a aussitôt virés et a ressoudé sur le champ les éléments abîmés pour pouvoir refermer la porte. Cette anecdote serait sans intérêt si le boxe en question ne se trouvait pas dans un squat. Lorsque je fis remarquer que, en tant que squatteur, il ne pouvait pas vraiment se plaindre d’être à son tour squatté, il me répondit sans l’ombre d’une hésitation « une porte fermée, on ne l’ouvre pas, c’est une question de principe ». En effet. La conversation s’est évidemment arrêtée là. Le collectiviste considère que la propriété privée ne vaut rien, à moins que ce ne soit la sienne. Il est alors le plus intransigeant des individus. Sous couvert d’altruisme, le collectiviste ne souhaite rien d’autre que de prendre la propriété d’autrui pour en jouir égoïstement, tout en se dispensant de l’effort nécessaire à l’acquisition.

Pour parler comme Marx, le collectiviste veut se dispenser de passer par la période d’accumulation primitive du capital, qu’il considère comme immorale. Il ne souhaite que profiter du bien d’autrui et se sent parfaitement légitime pour le faire. Le collectiviste n’est au fond qu’un enfant égoïste qui n’a jamais grandi. L’envie est son moteur principal, et d’autant plus fort qu’elle se déploie sans honte ni mauvaise conscience.

C’est le plus terrifiant : le collectiviste est persuadé de son bon droit.

Publié dans Non classé | 5 commentaires

Instant célinien

Il nous faudrait Céline pour décrire convenablement le couronnement de Macron au soir du 7 mai. Voila dans l’enceinte vénérable du Louvre, qui après avoir été la résidence des rois de France abrite les chefs-d’oeuvres de l’art occidental, un histrion qui se pavane devant une pyramide toute maçonnique léguée par Mitterrand, ce même Mitterrand dont l’âme damnée Attali préside aujourd’hui aux destinées du nouveau président. Sous la houlette de ce malfaisant, une bande de divers s’agite et borborygme pour amuser en musique le public de crétins qui agitent frénétiquement des drapeaux français dérisoires. Magic System se dandine, Attali tire les ficelles, le jeune premier des banques et des médias s’avance sur fond de pyramide… le show est complet.

Tout cela était déjà dans Bagatelles… Comme disait Ferdine, la France court vers le n…. Nous avons échappé à Black M à Verdun, mais nous avons eu Magic System au Louvre. Même quand on voit Yannick Noah célébrer la victoire de Hollande, on se dit que la présidentielle, c’était mieux avant. C’est dire si on est tombé bas.

Publié dans Non classé | Tagué , , , | 2 commentaires

Et après ? Rien, comme d’habitude

C’était mille fois prévisible mais cela laisse quand même un petit goût de désespoir. Macron est président. De quoi ? Du rien. Macron n’est même pas le représentant d’un parti politique, il n’est l’homme d’aucune idéologie ni d’aucun engagement. Il est juste le pur porte-parole de la caste dirigeante qui s’est pressée derrière lui comme un seul homme. Les journalistes ont ouvert la marche triomphale de cet ectoplasme, suivi de toute la cohorte des profiteurs du système, depuis le nain de jardin bolchévique Robert Hue, qu’on croyait exilé en Corée du Nord, jusqu’au représentant pétochard de l’ex-droite républicaine Fillon. Suivaient aussi les spectres hideux et malfaisants qui hantent la politique française depuis des lustres avec leurs faces verdâtres et leurs âmes en lambeaux. Ils étaient là, les Attali, les Minc, les BHL, les Kouchner, les Bergé, les Cohn-Bendit… Et les voila tous au soir de la victoire de s’extasier devant ce homme qui aurait tout fait seul à force de volonté, de foi et de ténacité. Menteurs jusqu’au bout, il leur faut en plus bâtir une légende dorée pour leur champion, honteux qu’ils sont. Car ils savent bien que Macron n’est là que par la grâce d’un système qui vient de jeter le masque.

Macron, c’est l’homme sans qualité, au regard qui ne porte nulle part sinon dans le vague, au sourire figé pratiqué longuement devant un miroir. Macron, c’est la politique à visage inhumain, indifférent à tout. Son mariage devrait en faire quelqu’un d’un peu rassurant, c’est en fait une union qui met mal à l’aise et qu’on ne pourrait qualifié autrement que de creepy, si ce mot avait un équivalent français. Macron va nous emmener dans le monde européiste des technocrates, des territoires à administrer, des administrés à gérer, tout comme on gère le personnel d’un usine – et bientôt comme on gère un flux de poulets destinés à l’abattoir.

Et tout cela grâce aux Français qui semblent en redemander, encore et toujours plus. Inutile d’insister, le peuple a parlé, et il veut qu’on le laisse crever tranquille, pourvu que le coursier de chez Deliveroo arrive à temps pour le repas. Après tout pourquoi pas. Il faut bien admettre la défaite, mais cela fait mal quand c’est la défaite de la France. Après tout, peut-être est-ce une lubie de vouloir rester un peuple sur une terre. La France n’a pas toujours été ce qu’elle est. L’histoire l’a vue mainte fois démembrée, envahie, aux prises avec les menées de princes hostiles. La France s’en est relevée, et pas toujours pour le mieux. Alors qu’un séide de l’empire des Habsbourg vienne nous contraindre à l’obéissance, pourquoi pas. Les Français le désire tellement !

Je ne sais pas si Marine aurait été plus auspicieuse, mais je sais que Macron sonne le glas de la politique telle que nous l’avons connue. Plus rien ne sera jamais vraiment politique, en réalité. Pour cinq ans au moins. Mais dans cinq ans, il sera encore un peu plus trop tard. Lionel Jospin avait déclaré, dans sa candeur imbécile, qu’il se fichait bien que la France s’islamise. Macron est de la même eau. Sauf qu’il est au pouvoir. Et que derrière son regard bleu d’acteur hollywoodien pour série B, il y a comme une inquiétante hystérie.

Nous croyions que Hollande et sa clique avait franchi un cap dans la restriction de nos libertés, nous n’avons encore rien vu. Macron est l’homme de la machine européenne qui broiera sans état d’âme toute opposition.

J’aimerais lui laisser sa chance. J’aimerais croire que c’est moi l’imbécile qui ne comprend rien et que grâce à lui, tout va aller mieux. Mais là, j’ai du mal.

Publié dans Politique | Tagué , | 1 commentaire

Débat, mais pas de hauts.

Je me suis infligé quelques minutes du fameux débat présidentiel. C’était nul. J’ai tenu une petite minute sur la phase économie dans laquelle Marine racontait un peu n’importe quoi et proposait son classique programme socialo-étatiste et face à laquelle Macron, tronche de premier de la classe, ton sentencieux faussement raisonnable, l’oeil vif et le poil luisant, se voulait rassurant. Puis j’ai repris quelques seconde pour entendre parler de remboursement de paires de lunettes par la sécu. Affligé, j’ai tenté l’expérience une dernière fois et je suis tombé sur la grosse salve de Marine à propos de l’UOIF. Sur le coup, Macron a été un peu déstabilisé puis s’est raccroché à son plan de com’ appris par coeur.

Le débat n’a jamais dépassé le niveau d’un clash entre youtubers post-soraliens. Macron toujours aussi vide, technocrate basique sans l’ombre d’une idée, apparaissait toutefois meilleur que Marine, visiblement nerveuse, qui au lieu de dérouler une vision de la France lyrique qui aurait pu faire vibrer, s’est contentée de sa ritournelle habituelle sur fond d’anecdotes. Si elle avait voulu convaincre les indécis de voter Macron, elle ne s’y serait pas pris autrement.

Et nous dans tout ça ? Obligés de subir le triste spectacle d’un avenir politique qui est parti se construire bien loin de nous, quelque part en Bruxelles et Berlin.

 

Publié dans Politique | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Pourquoi nous battons-nous ?

Dans les moments de découragements surtout, quand retombe l’euphorie du combat parfois, vient immanquablement la question de savoir pourquoi nous nous battons. Qu’est-ce que nous voulons tant préserver, qu’est-ce que nous voulons tant voir vivre ? À cette question, mille réponses peuvent être apportées. La défense de la civilisation helléno-chrétienne. Les tombeaux de nos rois à Saint-Denis. Les châteaux qui parsèment le pays, l’héritage de siècles d’histoire, le souvenir des poilus de Verdun. Le génie de notre civilisation qui a donné au monde ses accomplissements techniques et scientifiques les plus aboutis. Mais les écrits d’Aristote, les cathédrales et la physique de Newton ont traversé les siècles sans nous, et nous survivront certainement. Peut-être qu’après tout notre civilisation a bien moins besoin de nous que nous n’avons besoin d’elle, quand bien même elle ne peut vivre qu’à travers les hommes et pas seulement dans les vieilles pierres.

Mais au fond, je crois que la réponse la plus simple et la plus évidente, c’est que nous voulons que les filles et les femmes de nos peuples puissent marcher tranquillement dans la rue sans êtres harcelées par des sous-hommes hideux à la virilité défaillante pour qui la femme n’est au fond qu’une commodité de l’existence qui ne s’envisage qu’interdite ou soumise.

La vie, pour la plupart d’entre nous, est surtout faite du quotidien. C’est là que se forge les grandes choses, par petits morceaux, par chacun d’entre nous.

 

Publié dans Non classé | 3 commentaires

La brèche

Dupont-Aignan a franchi le pas. Par conviction peut-être autant que par calcul, et aussi probablement parce qu’il était un peu lassé de se faire traiter comme un moins que rien par les journalistes. Quitte à recevoir des coups, autant que ce soit parce qu’on est vu comme menaçant plutôt que comme minable. En s’alliant résolument au FN, il a ouvert une petite brèche dans le fameux front républicain qui d’ailleurs commence à manquer sérieusement de tonus. C’est peut-être même parce que ce fameux front républicain est en phase terminale que Dupont-Aignan s’est senti pousser des ailes. Tant mieux. Ont suivis Marie-France Garaud, caution inattaquable question fascisme, puis Jean-Paul Brighelli. Nous voyons là les symptômes évidents que le chantage au fascisme a fait son temps.

De leur côté, Guaino et Pierre Lellouche rejettent résolument Macron. Il n’en sont pas encore à voter Le Pen, mais on sent bien qu’ils vont malgré eux être amené à choisir leur camp. Et il n’y a au fond que deux camps : celui de la mondialisation heureuse qui considère la France comme un territoire à administrer, camps vers lequel se sont rués tous ceux qui de droite ou de gauche veulent sauver leur peau et continuer à profiter du système, et le camp de ceux qui sont attachés à la France et pour qui une réussite économique hypothétique ne suffira pas à compenser les dommages collatéraux massifs sur leur identité, leur mode de vie, leur façon d’être.

Macron a été fabriqué en quelques mois, comme un vulgaire candidat de télé-réalité. C’est effrayant, car on sent bien ici que la politique a perdu ses droits. On est réduit à élire une sorte de miss France hystérique pour représenter le pays dans une compétition orchestrée par l’Union Européenne. Avec Macron, la politique devient aussi dérisoire que l’Eurovision. Il est là pour que la machine continue à tourner, et rien d’autre. Il n’y a plus ni droite ni gauche. Juste les euro-mondialiste et les autres. La ribambelle hétéroclite des soutiens de Macron parle d’elle-même. Tout ce qui a peu ou prou intérêt à ce que le système continue à tourner l’a rejoint.

La bonne nouvelle, c’est que la digue est enfin tombée. Il faut juste espérer qu’il sorte quelque chose de cette situation nouvelle, et cela ne sera possible évidemment que si le FN est prêt à évoluer sérieusement, à laisser derrière lui son côté PME familiale un brin sectaire. Pour l’instant, l’alliance qui se dessin sous nos yeux n’a rien d’idéal et ne présente aucune garantie de survie à moyen terme, et le FN porte toujours en lui la possibilité d’un cataclysme autant que d’une bonne surprise. Ceux qui ne s’occupe que d’économie, et de leurs économies, s’en méfient à juste titre. Mais au-dela du portefeuille, il y a aussi ce que nous sommes, ce que nous voulons être. Et pour beaucoup, cela compte au moins autant, sinon plus.

Cette élection présidentielle est effrayante et fascinante.

Publié dans Politique | Tagué , , , , , , | 2 commentaires