Houellebecq visionnaire ?

Je ne peux que conseiller vivement la lecture de Soumission, le dernier livre de Michel Houellebecq.

Houellebecq a toujours été un observateur particulièrement doué de la société. Certes, son cynisme dépressif et vaguement nihiliste est parfois un peu agaçant, mais il appuie là où ça fait mal avec une sorte d’indolence qui nous fait paraître la douleur presque ordinaire, normale faute d’être agréable. Certains ne manqueront pas de lui reprocher son style froid, objectif, presque mécanique – style qui possède à mon sens un humour à froid extraordinaire, qui ne s’exprime jamais aussi bien que lorsqu’il cite précisément les caractéristiques marketing de telle voiture ou le nom devenu soudain glaçant de telle enseigne de sandwicherie.

Dans Soumission, Houellebecq imagine comment, dans un futur proche, un parti de gauche, mû par une sorte d’obsession prioritaire de faire barrage au Front National, s’allie à un parti musulman modéré, lequel finit par accéder ainsi au pouvoir. Il faut bien reconnaître que cette situation a quelque chose de terrifiant car elle semble parfaitement vraisemblable – surtout lorsqu’on voit que nos dirigeants n’ont rien de plus pressé que de condamner l’islamophobie au lendemain des terribles attentas islamistes qui ont frappé la France. Une telle lâcheté, un telle veulerie, rendent d’autant plus effrayante la situation imaginée par Houellebecq. Oui, vraiment, il ne paraît pas impossible que pour conserver de confortables prébendes, une élite clientéliste finisse par mettre genou à terre devant l’islam.

La grande force du livre de Houellebecq, c’est qu’il évacue rapidement la possibilité d’une guerre civile, d’une déflagration de violence. Il la prend en compte, mais cette possibilité reste sporadique, elle est le fait d’éléments isolés. Globalement, la France semble accepter avec fatalité cet étrange destin, à travers un personnage relativement vidé de son énergie vitale qui est prêt, au fond, à tous les arrangements pour conserver encore quelque temps son relatif confort.

Au fond, le personnage du leader musulman est le seul qui soit vraiment positif, qui ait une vision et une énergie. À mon avis, on ne peut faire le reproche « d’islamophobie » à Michel Houellebecq. Au contraire, l’islam est présenté comme une alternative qui, à défaut d’être franchement sympathique, se révèle crédible. Il a perçu la grande force de l’islam, sa capacité stratégique. Et surtout, il a compris que l’islam radical des djihadiste n’est, au mieux, qu’une sorte d’impatience violente et stupide. L’islam n’a pas besoin de la violence pour s’imposer : le temps joue pour lui, et il ne peut que profiter de la mollesse et de l’incroyance chronique du peuple autochtone de France.

Soumission est effrayant car il décrit une situation de passage à la domination musulmane sur la France qui se fait somme toute dans la légalité et la souplesse.  Dans la normalité. La normalité d’un gouvernement normal. Pour Houellebecq, rares sont ceux qui s’opposeront par la force à une telle situation – et de toute façon ils perdront.

Il nous faut éviter le contresens : je ne crois pas un instant que Michel Houellebecq se réjouisse d’une telle situation, ni qu’il souhaite réhabiliter l’islam qu’il brocardait durement il y quelques années de cela. Simplement, il a compris que l’islam est quelque chose de bien plus sérieux que ce que nous croyons. Bien plus sérieux qu’une bande de djihadistes criminels qui, pour horribles qu’ils soient, n’arriveront jamais à rien. Bien plus sérieux aussi qu’une simple religion dont on pourrait s’accommoder facilement au sein du flou artistique dans lequel se meuvent les bien nébuleuses « valeurs républicaines » dont on nous rebat sans cesse les oreilles sans qu’on sache vraiment ce que cette commode locution journalistique désigne. Il a compris que l’islam pouvait être politique, ne pouvait à terme être que politique. Et fatalement, s’imposer politiquement. Par notre renoncement, par sa force démographique, et par la lâcheté abyssale de nos élites.

Personne ne peut dire, évidemment, si une telle situation se produira réellement un jour. Je voudrais pouvoir croire que la France possède suffisamment de ressources pour qu’un tel destin ne lui échoie pas. Mais il m’arrive parfois de douter. Après tout, pourquoi ne mourrait-elle pas tranquillement ? Si un peuple ne souhaite plus vivre, on ne peut pas le forcer à continuer contre son gré. Le livre de Houellebecq doit en tous cas nous rappeler une chose : le danger, ce sont bien moins les islamistes radicaux et criminels que l’immense masse des musulmans modérés. Ceux-là ne souhaitent certainement pas massacrer et asservir. Mais ils ne verraient certainement pas d’un mauvais oeil, bien au contraire, la France glisser dans une soumission tranquille et consentie à l’islam. Le cadre de vie naturel de grandes masses musulmanes, ce ne peut être à terme que l’islam étendue à toute une société.

Que choisirons nous ?

 

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Houellebecq visionnaire ?

  1. Arnaud v. dit :

    Bravo pour cette analyse ! J’ai été parcouru par les mêmes sentiments au cours de ma lecture.
    A la fin, le doute.

    J'aime

  2. Arnaud D dit :

    Je suis en train de le lire. Comme d’habitude, je suis littéralement incapable de le lire d’une traite ou en deux ou trois jours. C’est toujours une progression douloureuse qui a certainement beaucoup à voir avec le compte du caractère dépressif de ses personnages, sans parler de leur psychologie basique. Sinon, je suis tout à fait d’accord avec vous quant à la recension que vous en faites, à un point près cependant. Il y a bien longtemps que les politocards de droite et de gauche ont mis genou à terre devant l’islam, et l’islam est politique, comme il est également social. Et cela ne risque pas de changer si j’en crois un récent sondage d’ICM Research qui nous apprend que 16% des Français ont plutôt une bonne opinion du Califat (dont 27% pour les 18/24 ans). 16%, soit les dix millions de musulmans modérés que l’on cherche à nous vendre comme de possibles remparts contre la barbarie islamique. Autant dire que nous allons devoir faire attention à nos gorges.

    J'aime

    • Je pense qu’il y a un mélange de peur et de bêtise dans l’attitude de nos politiciens vis-à-vis de l’Islam et des musulmans en France. D’un côté, ils savent bien qu’il vaut mieux les brosser les musulmans dans le sens du poil, et pas uniquement pour de basses raisons clientèlistes, mais aussi parce que ces gens-là ont tendance à être très susceptibles et potentiellement violents dès qu’on les contrarie. Mais je pense qu’au fond, ils se croient tous très malins et s’imaginent qu’ils vont blouser les musulmans comme ils blousent les Français depuis des années. C’est évidemment un mauvais calcul, car les concepts politiques et moraux « républicains » avec lesquels nos élites amadouent le bon peuple ne signifient rien pour les musulmans. Nos machiavels de sous-préfectures vont perdre progressivement le contrôle de la situation. Je ne sais pas ce qu’il en adviendra, mais il me semble que le pourrissement lent évoqué par Houellebecq se dessine déjà : voyez ce qui se passe en Belgique, ou encore l’adoption de jours fériés musulmans dans les dom-tom. Ceci dit, il est clair que plus les musulmans se sentiront fort, plus certains d’entre eux se laisseront aller à des débordements. Qui vivra verra. Il n’est rien que nous puissions faire pour le moment, sinon de modestes blogs.

      J'aime

  3. Je l’ai lu le Houellebecq
    En voyage
    En me cachant des autres, des fois que….
    J’aime bien ses descriptions de scènes de sexe, cru, clinique et, en définitive démoralisante
    Vous avez d’ailleurs noté que je suis facilement démoralisé……
    C’est pour ça que le sexe vu par Houellebecq me distrait
    Pasque le reste du bouquin, ça me stresse
    Et ce n’est que de la très brève anticipation, pas très loin dans le temps, deux ans à tout casser !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s