La réalité frappe à Copenhague

Je n’ai pas été étonné outre-mesure des événements de Copenhague le week-end dernier. J’ai même dans l’idée qu’il va falloir s’habituer à ce genre de choses : les excités prêts à suivre l’exemple des Kouachi et Coulibaly sont malheureusement assez nombreux dans pas mal de pays d’Europe. Enfin, surtout dans ceux qui abritent une population musulmane conséquente. Comme le dit très justement Franck Boizard, les terroristes ont besoin d’être dans la population comme des poissons dans l’eau.

Ce qui est plus intéressant, c’est la réaction de certains musulmans qui viennent fleurir l’endroit où le terroriste a été abattu. Ils rendent hommage à un assassin, en pleine rue, en plein jour. Avec toujours l’argument définitif : les victimes n’étaient pas innocentes, on ne touche pas au prophète. Évidemment, les journalistes français prennent des mines effarés quand ils découvrent ça, et on les croirait presque : ils se prennent la réalité dans la tronche, et ce méchant retour de manivelle a le défaut de ne pas cadrer avec les sempiternelles explications selon lesquelles les actes terroristes commis au nom de l’Islam n’ont rien à voir avec l’Islam – et seraient même, à la limite, des manifestations d’islamophobie. Il faudrait pourtant se rendre à l’évidence : les masses d’immigrés musulmans ne viennent pas s’installer chez nous par amour de la démocratie et de la liberté, mais pour des raisons purement matérielles. Le baratin démocratico-républicain n’a que peu de prise sur eux, et les plus radicaux d’entre eux veulent ouvertement s’en débarrasser.

Quiconque vit dans la vraie réalité de tous les jours, réalité que ne semblent connaître ni les politiciens ni les journalistes, quiconque a pu discuter avec des musulmans ordinaires a certainement entendu peu ou prou le même discours : ce n’est pas une bonne chose de tuer des gens au nom de l’islam, mais les victimes l’avaient un peu cherché quand même en se moquant de Mahomet. Se moquer du prophète, ça ne se fait pas.  C’est ce que nos élites laïcardes ou athées ont oublié : il y a des gens pour qui la foi est une affaire très sérieuse et très sensible. À force de ne croire en rien et de brasser des mots vides de sens à seule fin de communication, nos politiciens et journalistes ne se rendent plus compte que pour un musulman, le prophète n’est pas juste un mot ou une idée, c’est quelque chose de très réel, et de suffisamment important pour que certains décident de tuer et de mourir pour lui. Avec ce qui ressemble fort à un soutien passif, parfois un peu gêné, de la majorité des musulmans.

À vrai dire, je ne sais ce que pensent réellement la majorité des musulmans installés en Europe de ces attentats. Mais j’ai comme l’impression d’avoir à faire à une majorité silencieuse et attentiste, qui risque fort de se retrouver soumise à une minorité active et déterminée.

 

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s