Tolérance et phobies diverses

Il y a un mot qui semble avoir disparu du discours public, mais dont l’empreinte est partout : la tolérance. Ce mot a été remplacé en creux par la condamnation systématique de phobies diverses et variées, dont les deux plus connues sont sans conteste la fameuse islamophobie et la non moins fameuse homophobie. Derrière chaque condamnation morale d’une -phobie, il y a bien sûr l’injonction à la tolérance, son contraire étant l’intolérance, véritable péché capital dans notre monde vivrensembliste droitdelhommisto-républicain.

Ce mot a été rappelé à mon attention par une information étonnante : il semblerait que depuis les attentas de janvier, le Traité sur la tolérance de Voltaire se vende comme des petits pains. C’est dire si les gens sont désorientés au point d’aller chercher des réponses chez un propagandiste hypocrite et menteur qui tirait une partie de ses revenus de placements judicieux dans la traite négrière, et dont le fond de commerce littéraire consistait à exercer sa méchanceté et son intolérance vis-à-vis de l’église catholique.  Mais passons.

Ce qu’il y a d’intéressant dans la tolérance, c’est que personne ne semble comprendre de quoi il s’agit. La tolérance est devenue synonyme d’accepter tout et n’importe quoi. Il faut cependant noter que la tolérance, c’est accepter jusqu’à un certain point QUELQUE CHOSE QUI NOUS GÊNE. On ne peut tolérer que ce que nous n’aimons pas, ou ce qui nous fait du mal. On tolère la douleur jusqu’à un certain seuil. On tolère un comportement ou une attitude déplacée. Cela signifie qu’on accepte ce qu’on tolère car on estime qu’on est suffisamment fort pour pouvoir laisser courir. Une majorité peut tolérer une minorité, mais une minorité ne peut se prévaloir de tolérer une majorité. On sent bien le ridicule d’une telle attitude : les Français ne toléraient pas la présence des Allemands pendant la guerre, ils la subissaient car ils n’avaient pas le choix.

Pour tolérer, il faut être en position de force, et avoir la capacité à révoquer librement à tout instant cette tolérance. Tolérer, cela suppose de pouvoir dire « ça suffit » à tout moment. La tolérance, ce n’est pas la bienveillance ni la soumission.

Il ne faut jamais oublier cela : on ne peut tolérer que quelque chose qui nous déplaît.

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s