Triste sire et petites gens

Deux articles qui valent qu’on y jette un oeil.

Le premier par Jacques Sapir : Le triste sire Colombani, aussi intéressant pour son analyse de la situation en Russie que pour sa réflexion sur l’incapacité des gauchistes à imaginer que le bonheur soit autre chose qu’un bilan comptable. Le socialiste est d’abord et avant tout un individu obsédé par l’argent, pour qui rien de ce qui ne peut se monnayer n’existe.

Et puis une tribune de Jean Roucas : Nous, les petites gens

J’aime beaucoup ce passage :

« Vous devez rêver d’une population d’immigrés que l’on peut acheter (avec nos impôts) par la construction d’une mosquée ou d’un centre culturel islamique, une population qui vous assurerait une réélection certaine en échange d’un laxisme total et d’une flagornerie sans borne. Un califat dont vous et François-le-Mou seriez les vizirs, en quelque sorte. »

Sauf que j’y ajouterais une chose : ce califat-là n’arrivera pas, parce que tout malins qu’ils se croient, le Blancos et Flamby, et tous les autres, verront la situation leur échapper.

 

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s