Élections : tout est en ordre

Le résultat des élections départementales n’a finalement rien que de très prévisible. Tout est en ordre dans la raie publique française. La droite molle a touché le gros lot non grâce à son programme novateur et à ses idées qui nous tireraient vers le haut, mais tout simplement parce qu’après la gauche vient la droite. Et vice-versa. Oh, bien sûr, la nullité crasse du PS et la morgue insultante de ses cadres pour le peuple ont joué, et si les résultats de Hollande et sa clique d’apparatchiks fonctionnarisés n’avaient pas été aussi catastrophiques, le revers n’aurait pas été aussi cinglant. Mais soyons un peu sérieux : c’est la même chose à chaque fois. Et les premiers responsables, ce sont les électeurs.

De même que Hollande et sa surcharge pondérale écoeurante ont été élu sur le rejet de l’hyperactif Sarkozy, de même l’UMP et ses affidés reviennent dans la course parce que les Français se rendent compte que finalement, le PS au pouvoir, c’est la catastrophe. Mais au fond, quel changement ? Toujours la même clique de professionnels de la politique qui n’hésitent pas à se renvoyer l’ascenseur d’un parti à l’autre, petite mécanique bien huilée grâce au formidable lubrifiant que constitue le FN. Tout sauf Marine : voila bien le seul programme qu’ils appliquent sans faillir, la seule promesse qu’ils sachent tenir. Et comme d’habitude, le FN est le dindon de la farce : même premier parti de France dans les urnes, il ne ramasse que quelques miettes. La belle démocratie que voila.

Non pas que je pense que le FN soit la solution à tous nos problèmes. Loin de là. Mais tout dans ce résultat électoral nous montre que la caste politico-médiatique est bien en place, et ne lâchera rien. Je lis ici ou là que la droite a quand même montré qu’elle ne tombait plus systématiquement dans le piège du « front raiepublicain », que nous étions à un tournant. Je lis ailleurs que si aujourd’hui encore le monde politique français reste une tour d’ivoire imprenable, le basculement peut être brutal. Survenir sans que toute cette caste, imbue de ses privilèges et soucieuses de ses prébendes, ne voit quoi que ce soit arriver. Admettons. Mais il faut quand même regarder les choses en face : si nous en sommes là, c’est aussi parce que les Français votent pour tous ces gens. Repris de justice, menteurs, voleurs pour certains, ils réunissent quand même des suffrages.

Ne sommes nous pas un peu cons, aussi ? N’avons-nous pas une part à notre malheur ? Bien sûr, l’argument selon lequel le système est fait ainsi, et bien verrouillé, est valable jusqu’à un certain point. Preuve en est qu’un individu aussi manifestement dénué des qualités de bases d’un vrai chef que Hollande se retrouve président, on ne sait trop comment. Mais au fond, nous continuons à nous déplacer pour aller élire ces clowns, et ils ont bien raison, dans ces conditions, de continuer à nous prendre pour ce que nous sommes : des imbéciles.

Reste l’abstention, mais je n’y crois guère. Quand bien même seulement 1% des inscrits iraient voter, nos politiciens de métier se croiraient légitimes. Ne nous y trompons pas : l’abstention ne leur fait pas peur, elle les ennuie uniquement quand elle leur coûte les quelques voix qu’il aurait fallu pour l’emporter ici ou là. Alors que faire ? J’ai bien peur qu’il n’y ait pas d’autre solution que l’effondrement lent de tout ce système décrépit. Si les gens voulaient vraiment que quelque chose change, le PS et l’UMP ne réuniraient pas plus de 3% des voix, car ils ont maintes fois prouvé leur nullité et leur traîtrise. Mais voilà : tout le monde a un intérêt, petit ou grand, à la survie du système. C’est toujours le même problème : on aimerait que ça change, mais on attend d’abord que les autres le fasse. On préfère, au dernier moment, s’assurer du certain.

Je ne sais comment tout cela finira. J’ai longtemps cru au sursaut du peuple français, mais cela fait justement un peu trop longtemps. J’ai l’impression que les Français souhaitent surtout qu’on les laisse crever tranquille. Mais je suis sûr d’une chose : Juppé n’est pas l’homme providentiel. Quelle mauvaise blague, tout de même…

 

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s