Deuxième tiers

Les attentats musulmans sont un peu comme les impôts : ils tombent tous les 4 mois environ. Et au rythme où ça va, je pense que notre pays va bientôt être mensualisé. C’est tout simplement un conflit de basse intensité qui s’installe, et peu nombreux sont ceux qui osent le dire.

Comme il était facile de le prévoir depuis l’hiver dernier, un nouvel attentat musulman a eu lieu, et ce ne sera pas le dernier, loin de là. Je dis a eu lieu, et non pas a été déjoué, car jusqu’à preuve du contraire, le terroriste musulman a quand même tué une personne en essayant de mener bien un projet plus large. C’est apparemment grâce à la connerie et à l’inexpérience du terroriste que l’attentat suivant n’a pas eu lieu, et pas vraiment grâce à l’efficacité des flics de la république, qui s’occupait probablement de vérifier leurs branchements internet pour pouvoir nous surveiller plus efficacement.

Continuer à lire … « Deuxième tiers »

Un homme, un vrai

Comme bon nombres de gens, j’ai regardé l’interview de Bashar El Assad sur France 2, et je dois reconnaître que pour une fois, je n’ai pas souhaité la disparition totale et définitive du calamieux « service public ». Au moins, on a enfin donné la parole à cet homme. Qu’il y ait derrière tout cela des intentions manipulatrices, c’est possible, mais cela au fond importe peu : nous avons vu que Bashar El Assad était un chef d’une trempe exceptionnelle.

Continuer à lire … « Un homme, un vrai »

Le bouton rouge

Le dernier argument de Valls contre le FN, c’est qu’il ne faut pas laisser l’arme nucléaire entre les mains de Marine Le Pen. Je passe sur le ridicule d’un argument qui semble sorti tout droit de la guerre froide (hé, Manu, les années 50, c’était il y a 60 ans) et qui renvoie plus à Dr Folamour qu’à quoi que ce soit d’autre. Sur quel objectif le FN pourrait-il bien vouloir lancer des missiles ? La rue de Solférino ? Marseille ? Israël ? Tout ceci est stupide et ridicule, on sent que le Blancos est à court d’arguments. Mais suivant le bon vieil adage « c’est celui qui dit qui l’est », on peut conclure que ce qui le fait bander, c’est de pouvoir appuyer sur le bouton rouge. Grotesque et inquiétant. Ce genre de fantasme a surtout cours en Corée du Nord.

Quelle issue ?

J’insiste une fois de plus sur cette loi sur le renseignement qui, aux dires même de Bertrand Cazeneuve, fait fi de la vie privée des citoyens. Cette loi prépare évidemment la possibilité pour le régime de cibler et de détruire les opposants. J’ose le dire : je pense que nos dirigeants se soucient bien moins du terrorisme musulman que des gens honnêtes qui n’adhèrent pas au projet de société socialiste et multiculturel qui nous est imposé un peu plus tous les jours.

Continuer à lire … « Quelle issue ? »

Catastrophe révolutionnaire

À n’en pas douter nous vivons une révolution. Mais nous n’en sommes pas les acteurs. Nous en sommes les victimes plus ou moins silencieuses. Le problème de la révolution, c’est qu’elle bénéficie d’un capital de sympathie particulièrement élevé en France, dont le peuple est endoctriné dès la plus tendre enfance à la mystique de la Révolution Française – révolution qu’il est censé avoir faite pour son bien. Las !

Continuer à lire … « Catastrophe révolutionnaire »

Orwell n’avait rien vu

Lorsque j’étais collégien, nous avions étudié en classe Le meilleur des mondes de Aldous Huxley, livre qui décrit une sorte de futur dans lequel les hommes sont fabriqués in vitro et réparties selon un système de castes très strictes, au sein desquelles la liberté sexuelle est d’autant plus totale qu’elle est affranchie de toute procréation. Ce livre était un des deux piliers sensés nous prévenir contre les dangers du monde à venir, l’autre étant l’incontournable 1984 de George Orwell.

Continuer à lire … « Orwell n’avait rien vu »

De quoi s’inquiéter

La France prend une trajectoire très inquiétante.

C’est le titre d’un article de H16 que je vous conseil vivement d’aller lire. Il concerne la future – et quasi-certaine – loi qui permettra à l’État d’accroître sa surveillance et son intrusion dans nos vies. Je ne suis pas très au fait des détails de la chose, et H16 en parle mieux que je ne pourrais le faire ici. Son article est d’autant plus frappant, pour qui a l’habitude d’aller lire son blog, que H16 se prive pour l’occasion de ses traits d’humour coutumier. C’est mauvais signe.

Continuer à lire … « De quoi s’inquiéter »

Duel club

Internet permet deux choses : rencontrer des gens qu’on n’aurait pas croisé autrement, et discuter avec des gens qu’on n’aurait jamais connu autrement.

Ce qui nous mène à une évidence : pourquoi ne pas rencontrer les gens avec qui on échange des idées sur les blogs ? Surtout si ces gens vous insultent, vous manquent de respect ? Après tout, les guerriers du clavier devraient parfois prendre leurs responsabilités : l’époque est propice à la remise au goût du jour du duel. Et voici ce que je propose pour codifier un peu cette pratique. (précaution légale : tout ceci est strictement interdit par la loi, et bien sûr est écrit à titre de pure fiction, hein…)

Continuer à lire … « Duel club »

L’invasion des profanateurs

Je trouvais que tout était plutôt calme après le week-end pascal. C’était simplement que l’hydre républicaine se préparait à ressortir de son marécage, toujours plus répugnante. L’horreur ne peut que nous saisir quand nous apprenons que nos cadavres pourront être profanés le plus légalement du monde.

Continuer à lire … « L’invasion des profanateurs »

Les flics ont peur !?

J’ai appris hier au hasard d’une conversation que les flics ne prenaient plus les plaintes en commissariat, mais qu’il fallait prendre rendez-vous pour qu’ils viennent chez vous. C’est tout simplement délirant.

Les flics sont maintenant en permanence vêtus de gilets pare-balles devant les commissariats et, littéralement, se barricadent. Tout citoyen est suspect de leur vouloir du mal. Outre le fait que je ne suis pas sûr que le fait d’être considéré comme un terroriste potentiel dans mon propre pays me plaise vraiment, cela m’inspire plusieurs réflexions.

Tout d’abord, je comprends un peu leur trouille : le climat est plutôt inquiétant depuis janvier dernier. Mais tout cela est un aveu sinistre d’impuissance, à mon avis. D’autre part, j’imaginais naïvement que les flics étaient là pour protéger la population, mais il semble qu’ils se protègent d’abord eux-mêmes. Si eux ont la trouille, que devons-nous penser ? Comment faire confiance pour maintenir l’ordre et la sécurité à des gens qui ont peur des simples citoyens et s’en défient ? Tout cela contribue fort à donner l’impression que l’État, ses élites et ses sbires, se renferment dans leur bulle et nous ignore. Les seuls pays que j’ai visité où les commissariats étaient des camps retranchés étaient des dictatures ou des pays en état de guerre civile larvée.

Enfin, tout cela est stupide et insultant. Stupide, car si je voulais du mal aux flics, je préférerais en piéger deux chez moi plutôt que d’attaquer un commissariat où ils sont nombreux et bien armés (bien que les attaques de commissariat par les voyous dans les banlieues allogènes ne soient pas une nouveauté, loin de là.). Insultant, car les flics nous désignent, qui que nous soyons, comme des ennemis. Et tout cela pour quelle raison ? Tout simplement parce que prospère une frange de la population qui n’est pas très Charlie et au sein de laquelle les terroristes sont comme des poissons dans l’eau. Une fois de plus, c’est la philia, le sentiment d’appartenance commune qui se fissure à cause du multiculturalisme. Qui dit société multiraciale, multi-confessionnelle et multiculturelle dit nécessairement multi-suspicion.

L’État et ses flics ne sont plus une partie de nous-même en tant que nation, mais une structure de racket et de gestion des conflits dans une société où tous les citoyens sont considérés comme des ennemis.