Duel club

Internet permet deux choses : rencontrer des gens qu’on n’aurait pas croisé autrement, et discuter avec des gens qu’on n’aurait jamais connu autrement.

Ce qui nous mène à une évidence : pourquoi ne pas rencontrer les gens avec qui on échange des idées sur les blogs ? Surtout si ces gens vous insultent, vous manquent de respect ? Après tout, les guerriers du clavier devraient parfois prendre leurs responsabilités : l’époque est propice à la remise au goût du jour du duel. Et voici ce que je propose pour codifier un peu cette pratique. (précaution légale : tout ceci est strictement interdit par la loi, et bien sûr est écrit à titre de pure fiction, hein…)

Préambule : Le duel est une chose sérieuse. Il ne doit être utilisé qu’à bon escient, dans le cas d’une offense avérée ou d’une récurrence pénible de petites offenses. Il a pour but de régler un différent, et surtout de rappeler à tous ceux qui croient que les joutes ne sont que verbales que le courage physique ne doit manquer à personne. Il doit se faire, tant en ce qui concerne les protagonistes que les témoins, dans un esprit combatif mais en gentlemen.

1. Le duel est demandé par l’offensé à celui qu’il estime être son offenseur. L’offensé a le choix des modalités du combat, du lieu et de la date, sur lesquels il peut s’accorder avec l’offenseur s’il le souhaite.

2. Le duel se fait à poings nus. Les duellistes doivent employer au minimum leurs poings pour frapper leur adversaire sur la partie haute du corps. Sur commun accord, il est possible de frapper les parties basses du corps, d’utiliser les coudes, les genoux et les pieds. Les saisies, projections, clés et étranglements peuvent aussi être employées si les protagonistes le font d’un commun accord.

3. Il est interdit de frapper l’arrière de la tête, le dos et tout particulièrement la colonne vertébrale, le cou, la gorge, les parties génitales. Tordre les doigts de l’adversaire est interdit. Utiliser ses doigts pour abîmer les yeux ou tout autre orifice du corps de son adversaire est interdit.

4. Les seules protections autorisées sont un protège-dent et des bandes de toile pour les mains.

5. Chaque protagoniste doit avoir un nombre égal de témoins, compris entre 1 et 4. Ils doivent veiller au respect des principes du duel.

6. La présence d’un arbitre est recommandée, mais non nécessaire.

7. Le duel ne s’arrête que dans les cas suivants : l’un des protagonistes est manifestement incapable de continuer à se battre. La supériorité d’un des duelliste sur l’autre est manifeste et constatée par tous les témoins d’un commun accord. L’un des protagonistes abandonne. Les protagonistes estiment, d’un commun accord, que leur querelle est vidée. Les témoins peuvent proposer aux protagonistes l’arrêt du duel. Si les protagonistes s’entêtent au-delà de toute raison, les témoins doivent arrêter le duel. S’il y a un arbitre, c’est lui qui propose l’arrêt du duel aux protagonistes.

8. Une fois le duel entamé, il est considéré comme valide. Une fois le duel terminé, la querelle est vidée. Si l’un des protagonistes estime que le duel ne s’est pas déroulé dans les règles, il peut demander une revanche après un an et un jour. Aucun duel ne peut aller au-delà de trois rencontres.

9. Si le duel est stoppé à cause d’une intervention extérieure, notamment des autorités, la querelle est considérée comme vidée. Si le duel est stoppé avant d’avoir commencé, il peut être reporté.

10. En cas de problèmes avec les autorités, les duellistes doivent assumer à part égale la responsabilité de leurs actes, aucun des deux ne doit être considéré comme le seul organisateur du duel.

11. Le duel est une affaire d’hommes, les femmes en sont strictement exclues, même en tant que simples spectatrices. Aucune exception. Jamais.

12. Une fois la provocation en duel émise, l’offenseur doit répondre dans une limite de temps raisonnable. Faute de réponse, il est considéré comme démissionnaire. Il peut proposer des excuses à l’offensé afin d’éviter le duel s’il le fait rapidement et publiquement. Les excuses sont également possibles devant témoins le jour même du duel, mais l’offensé n’est alors pas tenu de les accepter et peut exiger que le duel ait lieu.

Messieurs, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Je suis prêt à être le témoin ou l’arbitre d’un duel si on m’en  fait la demande, dans les limites de la région parisienne.

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Duel club

  1. Je crois connaître l’origine de ce billet !!…
    Je serais bien partant pour ce principe ! en tous les cas, pour le moment, tant que j’ai encore de réelles capacités au défi… 😉

    J'aime

    • Hé hé ! Évidemment, c’est l’autre abruti qui s’est entiché de moi qui m’a inspiré ce post. Pour tout dire, j’étais à deux doigts de lui proposer de régler l’affaire d’homme à homme. D’une manière générale, je suis tout ce qu’il y a de sérieux sur le sujet : les meilleurs polémistes du XIXème le faisait, et la vie n’est pas faite que de mots. Une bonne patate dans la tronche remet les choses à leur juste place. De ce point de vue, Fight Club est assez instructif.

      J'aime

  2. kobus van cleef dit :

    ha , longtemps assez médiocre escrimeur , j’attend avec délectation le moment où l’on pourra de nouveau régler ses querelles avec les faquins
    épée ( ça sied bien aux vieux comme moi, on attend que l’autre se découvre et vlan !) ou sabre (mais va me falloir plusieurs séances de cardiotraining !) …..ça serait idéal….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s