La Corse ?

Je n’ai jamais trop quoi su penser de la Corse. J’ai toujours trouvé que l’île et ses habitants avaient plutôt mauvaise réputation : banditisme, attentats, petits voyous cagoulés… un pays de cons arrogants vivant du tourisme. Puis j’y ai passé en tout et pour tout cinq jours. Je n’ai pas rencontré de voyous ou de nationalistes, je n’ai pas trouvé que les gens y soient pires ou meilleurs que dans d’autres régions. Les paysages sont beaux et les villages pittoresques. La charcuterie y est excellente. Je me souviens aussi que la gendarmerie de Porto-Vecchio donnait l’impression d’être un poste avancé dans un pays en guerre : elle était entourée de barbelés et truffée de caméras, avec de larges filets qui empêchait qu’on y jette quoi que ce soit dans la cour depuis l’extérieur. C’était paraît-il parce que certains Corses avaient la mauvaise habitude d’aller jeter des sacs d’ordures dans la gendarmerie. De nuit, bien sûr. J’avais été assez choqué de cet état de fait, et j’avoue que je m’étais demandé si la Corse faisait bien partie de la France. Mais dans l’ensemble, la Corse et ses habitants me laissent totalement indifférent. Je ne leur veux ni bien ni mal. Je m’en fous, tout simplement.

Les nationalistes corses sont aujourd’hui en position de force au conseil régional, et ils ne se sont pas privé de bien le faire sentir. Après tout, pourquoi pas ? Ces gens ne veulent pas de la France ni des Français, et la population semble les suivre. Pourquoi ne pas les laisser à leur indépendance ? La seule raison qui me ferait défendre la présence française en Corse, c’est l’importance stratégique – encore faudrait-il qu’elle soit avérée. Je ne crois pas savoir qu’il y ait de base navale d’envergure, et le 2ème REP a été installé à Calvi surtout pour le tenir éloigné du continent, au cas où il aurait des velléités putschistes. Alors après tout, si la Corse veut être indépendante, pourquoi ne pas tenter l’aventure ? La France pourrait la laisser à son sort, en gardant une ou deux enclaves militaires. On verrait bien si un petit état est viable. Si les Corses sont intelligents, ils en feront un paradis fiscal en plus d’être un paradis touristique. S’ils sont stupides, ils sombreront dans une gabegie semi-mafieuse. L’un n’empêche d’ailleurs pas forcément l’autre. Nous pourrions leur donner cinq ans à l’essai, sans leur verser aucune subvention ni aide quelle qu’elle soit. Fini les allocations, les assedics et tout le reste. Au bout de cinq ans, ils décideraient s’ils préfèrent être français ou pas.

Évidemment, on pourrait me rétorquer que ça donnerait le mauvais exemple aux séparatistes de tous poils. Je crois que le problème est un peu différent. Robert Ménard a bien résumé la situation  : « La victoire des séparatistes en Corse est le symptôme d’un état en phase terminale. » La république, en dépit de sa force répressive affichée, prend l’eau de toutes parts. La caste mediatico-politique elle-même n’y croit plus, sinon comme moyen de ses ambitions personnelles. Rien n’a jamais sonné aussi faux que le mot de république quand il sort de la bouche de nos « élites ». La Corse et son sursaut d’indépendance en sont surtout un symptôme. Soit dit en passant, s’il y a bien une attitude anti-républicaine, c’est celle des indépendantistes : la république est réputée « une et indivisible ». Pourtant, aucun appel à un « barrage républicain » quel qu’il soit. Tout cela n’est que baratin de politicien professionnel, et rien d’autre.

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, Société, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s