Un peuple malade ?

J’ai entendu maintes et maintes fois parler de l’Allemagne comme d’une nation malade, comme le pays d’un peuple névrosé et morbide qui précipitait comme malgré lui l’Europe dans la catastrophe chaque fois que cela lui était possible depuis son unité. Je pensais que cette hypothèse était issue de la très laide 3ème république et de son antigermanisme primaire. Je commence à douter un peu. Il y a bien quelque chose de morbide dans l’âme allemande.

Est-ce un vieux fond de paganisme germanique dont la mythologie est fondamentalement pessimiste, pour qui le monde finit dans le crépuscule des dieux ? Quoi qu’il en soit, l’Allemagne unifiée  n’a jamais vraiment réussi à ses voisins. La guerre de 70 a préparé celle de 14 qui fut la catastrophe qu’on sait. Non contente de ce ragnarok raté, l’Allemagne a retenté le coup en 40. Cette fois, c’était vraiment wagnérien et on a bien failli assister au gotterdamerung final. Les Allemands s’en sont finalement sorti, et ils ont beau avoir été vaincu dans les grandes largeurs, ça ne les a pas empêché de construire une économie tellement florissante qu’on a du mal à croire qu’ils ont perdu la guerre. Et voilà à peine plus de 15 ans qu’ils sont réunis, et déjà ils nous entraînent de nouveau dans le chaos. Ils n’ont manifestement pas eu le temps de le faire plus tôt, il fallait absorber l’ex-RDA avant, histoire d’être bien solide pour le prochain tour de manège.

Impossible d’expliquer autrement cette folie que d’inviter un million de migrants hostiles à entrer en Europe. La déstabilisation de pans entiers de la société était prévisible et inévitable, et pourtant les dirigeants allemands ont osé. Qu’est-ce qui a donc bien pu leur passer par la tête ? Quelle folie, quelle pulsion morbide les a poussé à une décision aussi calamiteuse ? La culpabilité post-nazie n’est certainement pas étrangère à cette dinguerie, mais elle semble être l’avatar contemporain d’un mal plus profond. Ce peuple est poussé à la destruction par quelque force élémentaire, quelque déchaînement romantique qui va puiser aux tréfonds d’un âme collective inquiète, d’un gouffre métaphysique sombre et désespéré. Les Allemands aiment l’excès, ils ne se domptent eux-même que grâce à une discipline rigoureuse qui finit toujours par craquer sous la force primitive qui veut jaillir à tout prix.

L’Allemagne, c’est une Mercedes qui roule à tombeau ouvert. Fâcheusement, nous sommes sur sa trajectoire. Avec une twingo. Boum.

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Un peuple malade ?

  1. crisfi dit :

    Excellente analyse « wagnérienne » qui fait froid dans le dos.
    Et moi qui ai tant aimé ce pays lors de ma jeunesse…

    J'aime

    • J’ai moi aussi aimé ce pays, et tout n’y est pas à jeter, bien au contraire. Mais il y a sous la rigueur quelque chose de déséquilibré, c’est certain. J’aurais pu développer dans un style plus scabreux sur les spécificités du porno allemand, toujours à la pointe en ce qui concerne les choses extrêmes. Rappelons-nous l’histoire de ce chef du protocole de l’Élysée (un français donc) qui se rendait pendant ses loisirs à Berlin pour tourner des films scato dans les égoûts… Ça ne s’invente pas. Dans un autre registre, Fellini dans son Casanova a remarquablement bien saisi l’âme des différents peuples européens. Baroque mais génial.

      J'aime

  2. Le Zebre dit :

    Excellente analyse en effet. Cette decision depasse l’ententement. Merkel qui, il y a moins de 2 ans chantait sur tous les toits que le multi-culturalisme est un echec, fait rentrer sans discernement aucun 1 million de personne.

    J’ai vu les contres-manifestations des viols du 31 decembre, ils n’etaient pas plus de 50 et la plupart cachaient leurs visages !

    Quel est donc ce pays ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s