Encore Sylvain Tesson !

Décidément, Sylvain Tesson est du côté obscur de la force ! Je ne résiste pas à ce plaisir coupable :

« Le wanderer que je suis (…) a lu dans le Coran – ce bégaiement paniqué de berger hagard – le mépris ruisselant de stupidité dans lequel est tenue la femme. »

In Sylvain Tesson, Petit traité sur l’immensité du monde.

Le bonhomme a décidément le sens de la formule.

Publicités
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s