On est un con (et Baverez aussi)

Une petite vidéo typique : la fausse prise de conscience. Passé le blabla sur le fait que la France va mal économiquement, ce dont on se doutait un peu, il suffit à tout un chacun de comparer son bulletin de paye et ses dépenses vitales pour s’en rendre compte, Nicolas Baverez, économiste de son état, embraye sur les migrants. Là, évidemment, c’est le drame: pour lui, « on » peut accueillir 1 million de migrants. Qu’il se rassure, le million est déjà là, et c’est peut-être 2,5 millions de plus qui vont arriver en 2016. Bon, on sent le mec très renseigné. Sauf qu’il ne précise pas qui est ce « on ». Il a quand même l’honnêteté de préciser qu’en France, ça ne va pas le faire, parce que la situation, voyez-vous, est un peu « fragile », n’est-ce pas. Comme dans l’expression « babtou fragile » ? Donc qui va accueillir ces migrants ? L’Europe, bien sûr. Mais l’Europe, c’est qui au fait ? Pas la Grande-Bretagne, qui paye déjà assez cher la France pour contenir lesdits migrants. Pas la Belgique non plus, qui commence à fermer ses frontières de peur que les migrants de Calais ne débordent chez elle. Dans le genre fragile, on a aussi l’Italie, l’Espagne et la Grèce. Bon. Reste les pays d’Europe centrale, du style Hongrie, Slovénie et autres. Manque de pot, eux non plus ne veulent pas des migrants, et de toute façon la situation de leur économie n’est pas florissante. La Suède a déjà donné, le Danemark n’est pas très chaud… restent le Luxembourg ou les Pays-Bas, mais je ne les sens pas trop. Donc « on », ben, c’est l’Allemagne. Peut-être bien que Nicolas Baverez n’a pas ouvert un journal depuis le 1er janvier, mais les migrants, ça se passe plutôt mal en Allemagne, et d’ailleurs les Allemands commencent déjà à vouloir virer tout ce qui vient d’Afrique du nord.

Typique du gars qui ne vit pas dans la réalité. Ça ne lui coûte rien de dire que tout va mal, je pense que pour lui, ça roule quand même vu son CV (énarque, tout est dit). Sur les migrants, son discours est exemplaire : il veut bien que « on » les accueille, pourvu que « on », ce ne soit pas lui. Il ne va pas aller acheter une maison en face de la jungle de Calais, de toute façon. Il ne se demande pas un seul instant d’ailleurs si les gens, les peuples, ont envie que ces migrants viennent. Pour lui, tout n’est que chiffre et comptabilité.  L’humain, c’est un truc qui lui échappe. Donc va pour les migrants. D’ailleurs, il n’y croit même pas, puisque vers la fin de l’interview, il classe les migrants parmi les choses assez ennuyeuses qui « rattrapent » l’Europe.

Ce type est un technocrate qui se fait plaisir : il écrit un bouquin avec un titre accrocheur et prétentieux (Danser au dessus d’un volcan, franchement….), joue les alarmistes, mais au fond, il s’en fout. C’est parce que la France produit ce genre d’intellectuel qu’elle n’avance pas. Rien n’est pire qu’un faux lanceur d’alarme : il nous fait croire à une prise de conscience alors qu’il ne cherche qu’à nous endormir pour continuer à prospérer. Un enfumeur professionnel.

On est un con. Les cons m’énervent.

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour On est un con (et Baverez aussi)

  1. Athos dit :

    Baverez est une caricature de son maître, Raymond Aron, sans la malice ni la hauteur de ce dernier. Un homme sec, un esprit géométrique sans coeur, pour qui « tout n’est que chiffre et comptabilité » comme vous le notez bien. Totalement coupé du peuple, effectivement. Et un Cassandre surtout.

    A tout prendre, dans la même catégorie « décliniste économique », je choisis Pierre Jovanovic, et son rire rabelaisien.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s