Comme si on n’avait que ça à faire

La lime, toujours intéressant : allez donc voir sa dernière sélection d’article dans son billet intitulé La Frontière.

Tout cela, évidemment, il n’est pas le seul à le dire. Depuis bien longtemps, dans le camp nationaliste au sens large, des voix préviennent inlassablement des dangers de l’immigration musulmane. Et à chaque fois les événements leur donnent raison, sans pour autant qu’ils gagnent en crédibilité. Le système est trop bien fait, les journalistes et les politiques trop sûrs d’eux. Alors la catastrophe continue tranquillement. On continue à traitre de racistes, d’islamophobes, de fascistes et que sais-je encore des gens qui, malgré tous leurs défauts, ont quand même raison sur un point : le déferlement d’allogènes musulmans n’amène que des emmerdes, et de taille.

Ah, ça, il faut bien reconnaître que le camp nationaliste, que la vulgate journalistique appelle « l’extrême-droite » (quoique ce terme tende à disparaître progressivement depuis une décennie), recèle un bon paquet de timbrés et de mythos dont le jusqu’au-boutisme verbal délirant n’a généralement d’égal que leur sincérité un peu naïve de rêveurs casqués. Mais si on laisse de côté les thuriféraires de la Wehrmacht et de la division Charlemagne, la grande majorité des nationalistes ont des inquiétudes légitimes, tellement légitimes qu’elles sont maintenant partagées par une bonne partie de la population qui malheureusement constitue une majorité silencieuse et soumise dont seuls des gens comme Éric Zemmour portent la voix dans le débat public.

Fatalement, tout ce que la France compte d’antiracistes professionnels ou non s’abat comme un nuage de sauterelle sur les quelques dissidents dès qu’ils ont le malheur de dire un peu la vérité. Mais qu’est-ce qu’ils croient donc, tous ces anti-tout ce qu’on voudra, ces permanents de l’indignation, ces donneurs de leçons ? Comme si on n’avait que ça à faire, de se préoccuper de l’islam, des allogènes, des migrants et de tout le reste. Ils s’imaginent que c’est par plaisir que nous perdons du temps et de l’énergie à alerter, à hurler, à argumenter contre ces plaies orientales qui viennent détruire nos sociétés ? Ils croient que nous passons notre temps à faire des plans pour envoyer des gens dans des camps et pour envahir la Pologne ? Mais qu’ils le sachent bien, ça nous fait chier tout ça. Personne n’a envie de se ronger les sangs pour le plaisir. On aimerait bien pouvoir penser à autre chose qu’à l’islamisation du pays, voyez-vous. En ce qui me concerne, ça ne me plaît pas du tout de consacrer je ne sais combien d’articles à ce triste phénomène. J’ai d’autres centres d’intérêts dans la vie, j’aimerais pouvoir parler avec insouciance de mille autres choses plutôt que de cette saleté de religion morbide qui vient s’incruster chez nous avec son cortège de coutumes barbares et ridicules. Alors pourquoi ne pas oublier et passer à autre chose, me direz-vous ? Eh bien justement parce que ça n’est pas possible. Une fois qu’on a ouvert les yeux, on ne peut plus nier, oublier. Tout ça est une question de vie ou de mort, tout simplement, et l’ignorer c’est déjà céder.

Parce que contrairement aux membres la caste politico-médiatique,  la plupart d’entre nous sont des gens ordinaires, confrontés quotidiennement à l’islamisation insidieuse du pays, à l’invasion allogène croissante. Il suffit de prendre le métro pour que la réalité se rappelle à nous toute seule, voyez-vous. Tiens, allez donc faire un tour sur le périphérique un jour de beau temps, du côté de la porte de Bagnolet. Vous allez la voir, la mosquée de Bagnolet, toute neuve, bien brillante, placée en hauteur. Ah, ça, pour dominer, elle domine ! On sait à qui on a à faire. Le bâtiment est un truc tout carré moderne, on pourrait croire un des ces immeubles de bureaux moches et pas cher si ce n’étaient les immenses fenêtres au dessin d’inspiration oriental, la coupole et l’espèce de donjon surmonté d’une flèche dans le plus pur style mahométan. On a échappé de peu au minaret. Cette chose nargue l’automobiliste, le message est clair : ici, secteur musulman.

Alors voila, cette invasion nous ronge le foie, nous fait mal au bide, et il faut bien laisser sortir un peu la pression, hurler, prévenir. Mais quoi, à la fin, nous aussi on aimerait être de gentils bobos friqués bien tranquilles, mais voyez-vous, on ne peut pas. Alors on nous traite de petits blancs flippés. Et c’est ce que nous sommes, mille fois même, de petits blancs sacrément flippés. Nous avons la trouille, une trouille bleue, parce que nous voyons la catastrophe en face, et qu’il n’y a pas de quoi se réjouir. Oui, nous trouvons cela effrayant, et nous avons raison.

Peut-être qu’un jour j’en aurais vraiment marre de tout ça, peut-être que je serais tellement fatigué d’être en colère que je laisserais tout tomber, que je fermerais les yeux ne serait-ce que pour goûter un instant de sérénité. Ça doit être tellement bon de vivre dans l’illusion que tout ira bien. Mais je suis sûr d’une chose : ils ne m’auront pas vivant.

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Comme si on n’avait que ça à faire

  1. crisfi dit :

    Et moi, non plus…

    J'aime

  2. Le Zebre dit :

    Auront-ils jamais besoin de vous avoir vivant ? La priorite n’est pas de vous eliminer. Le projet, qui est clairement inscrit dans leur livre sacre, est l’avenement d’un califat international ou vous et moi, serions invites a vivre mais comme citoyen de second zone.

    Il y a 20 ans, on traitait Huttington de tous les noms parcqu’il avait publier « le choc des civilisations ».

    Pour ma part, je vois 2 scenaris plausibles: l’avenement d’une guerre civile ou la libanisation de la societe avec des zones geographiques distinctes, religieusement ou ethniquement homogenes (l’un n’empechant pas l’autre ou pis encore l’un decoulant de l’autre). Et je m’y prepare.

    J'aime

  3. kobus van cleef dit :

    pour la libanisation de la zosiété , vous vous gourez
    je vois plutôt un synchrétisme entre l’islam et « les valeurs républiconnes »
    expliquons nous
    l’islam , on sait de quoi il s’agit
    les valeurs de , par contre ,imposent une adhésion totale, farouche , totalitaire au dogme présenté comme central
    hé oui
    la républik a inventé le concept de guerre totale
    elle a aussi inventé , avec les lumières, le concept lumineux total
    rien ne doit lui échapper
    aucun coin ou recoin d’ombre
    impossible de dissimuler ( d’ailleurs , vous voyez bien avec les impôts)
    donc, tout le monde devra sacrifier à un culte ET à la républik
    ho, ça viendra petit à petit , doss’me , doss’men , comme on dit là bas
    très doucement, sournoisement
    à la vronzaise quoi ( y a qu’à voir comment la républik , putasse sournoise a abandonné arkis, pieds noirs, montagnards méos et laotiens…..)
    mais ça viendra
    il y a eu les processions à la gloire de l’être suprême
    il y aura les prières à marianne , la putasse républiconne, proférées entre deux vins par un graaaaaand personnage de la dite république
    et ça deviendra obligatoire
    enseigné aux enfants des écoles

    même les pitits misilmons

    à moins qu’ils en soient exemptés

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s