La sale gueule de la colère

Vous les avez vu, les Niçois ? Après l’attentat du 14 juillet, on les sentait remontés. Valls se fait traiter de salopard – et comme une couille molle qu’il est, il fait semblant de n’avoir rien entendu et parle des « sifflets » à la télé. Surtout, ils ont été nombreux à déverser des ordures et à venir cracher sur le lieu de la mort du terroriste. Ça en dit long sur l’exaspération. Fini les bougies et les fleurs, ça crache sur les tombes. C’est laid, c’est vulgaire, et ça n’augure rien de bon. Je vous l’avais bien dit que si les Français s’énervent, ça aurait une sale gueule. Ça commence doucement, la colère monte, et ça fait froid dans le dos. La colère, quand ça vous prend un peuple, ça n’est jamais beau et digne. Je les comprends, les Niçois. À leur place, je commencerais à manquer d’élégance moi aussi. Et puis quoi, dans le sud, ils aiment le tragique. Le mélodrame parisien vire facilement au grand-guignol sous ces latitudes. Il faut toujours se méfier des symboles.

Si j’étais un divers, je commencerais à passer au plan B. À me ménager une porte de sortie vers le bled.

Publicités
Cet article, publié dans Société, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s