Guerre de religion

Cette fois, c’est un prêtre qu’ils ont assassiné. J’ai déjà dit mille fois ce qui se passait, je ne vais pas me répéter. Un attentat mahométan tous les 10 jours devrait être suffisamment parlant. Je note que cette fois le caractère d’affrontement religieux est clair et net, de la volonté même des criminels. Comme s’ils voulaient nous dire « arrêtez de faire les autruches, arrêtez avec votre padamalgam et vos excuses psychiatriques, notre cause est authentiquement religieuse. »

Curieusement, à lire les réactions des citoyens ordinaires comme celles des politiques, j’ai l’impression que la prise de conscience est plus forte qu’auparavant, comme si dans la France pourtant déchristianisée la figure du prêtre martyrisée réveillait un vieux fond catholique. On ne touche pas impunément au sacré et la croix, quoi qu’on en pense, reste un symbole autrement plus viscéral qu’un journal satyrique. Seuls les journalistes semblent y rester insensibles, preuve qu’ils ont l’âme bien plus desséchée que les politiciens. Les politiciens, justement, commencent à patauger sérieusement. Ils n’ont pas eu l’impudence de nous faire le coup du « renforcement de l’état d’urgence ». Évidemment, ils « condamnent fermement », et Hollande s’est même fendu de la plus belle bêtise qu’il ait jamais dite sous la forme d’une formule-valise selon laquelle « tuer un prêtre, c’est profaner la République ». S’il avait ouvert un livre d’histoire dans sa vie, il saurait que sa république s’est précisément bâtie sur la haine de l’Église catholique et qu’elle n’a eu cesse de vouloir la rabaisser, et l’on ne peut qu’être frappé par la volonté une fois de plus affirmée de sacraliser la république qui serait une chose quasi-divine qu’on pourrait « profaner ». Mais ce sacré se fait sur le dos du sacré authentique et ne traduit finalement que l’horreur face à la profanation réelle que constitue l’assassinat d’un prêtre. N’accordons pas trop d’intelligence à notre président : il est probable que cette formule vide de communicant professionnel puisse resservir à l’envie, n’importe quelle action remettant méchamment en question le « vivre-ensemble » pouvant être qualifiée de profanation contre la république.

Seul cet imbécile de Cazeneuve, dont la seule parole honnête serait de présenter sa démission, s’est distingué en évoquant un illusoire concordat qu’il faudrait passer avec l’islam, preuve manifeste qu’il ne connaît rien à cette religion. L’islam n’est pas un catholicisme en djellaba et pantacourt et ne possède aucune autorité centrale qui pourrait négocier quoi que ce soit. Si un tel concordat était possible (et souhaitable, ce dont je doute), on se demande bien sur quoi il porterait. Moins d’attentats contre plus de mosquées ? Il y aurait un quota de morts que les mahométans devraient respecter, un peu comme sur un permis de chasse ? Ou alors il faudrait leur céder une partie du territoire en échange de cinq ans de tranquillité ? (je propose de leur donner Marseille, Bobigny et Roubaix pour commencer). Tout cela ne tient pas debout, on ne négocie pas avec des gens qui veulent nous tuer, ce que les flics ont bien compris puisqu’ils ont ordre, paraît-il, d’intervenir immédiatement sans parlementer.

Les plus abjects sont comme d’habitude et sans surprise les journalistes, dont certains ont décidé qu’il ne fallait plus donner les noms des assassins ni montrer leur photos, et ce à l’initiative d’un vaniteux et belliciste personnage dont je ne flatterai pas le narcissisme en me refusant à écrire les trois lettres qui le désignent ordinairement. Trop tard : au moindre attentat, on sait désormais, par habitude, à qui on a à faire. Dès que lesdits journalistes prennent des pincettes pour vous expliquer qu’on ne peut tirer aucune conclusion hâtive et qu’on n’est pas sûr d’avoir entendu le fameux glapissement « allaouakebar », on peut être certain de la nature du crime. Quand il y a un doute, en général, c’est qu’il n’y a pas de doute.

Il ne nous reste qu’à espérer que la prochaine cible ne soit pas une école maternelle et que les prochaines minutes de silence ne seront pas pour nous ou nos proches. À ceux qui se demanderaient « que faire », je ne peux donner qu’un conseil d’ordre général : soyez une cible difficile. Mentalement aussi bien que physiquement. Ne vivez pas dans la peur, vivez dans l’alerte. Le temps du confort est depuis longtemps révolu.

 

Publicités
Cet article, publié dans Société, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Guerre de religion

  1. Dictus/Victus dit :

    Il faut vraiment applaudir ceux qui continuaient – et continuent – de nier qu’il n’y a PAS de choc de civilisations.

    Cet assassinat (arrêtons avec le mot « attentat », ce sont deux assassins, deux assassins au ordre d’une religion) n’est que l’ultime signature d’un conflit réel que certains continuent à ne pas vouloir voir.

    Je ne regarde même plus les réactions médiatiques, toutes ces jérémiades : de la COM’ à 200%.

    Voici la vraie nature des politiques : non des chefs de guerre, mais des communicants. Communicants façon psychologie douce, thérapeutique. Il y a des massacres : je n’agis pas, je ne m’énerve pas, je tente d’apaiser et de « communiquer ».

    J'aime

    • Je comprends vos réticences quant au mot « attentat » qui manque un peu de force pour se référer à un meurtre horrible, mais il sous-tend la notion d’action terroriste, alors que « assassinat » fait naturellement penser à un crime de droit commun ordinaire, et c’est pourquoi je pense qu’il convient quand même de parler d’attentat.
      Pour ce qui est de la « com », vous avez parfaitement raison : nos politiques se préoccupent surtout d’être de bons « communicants ». C’est d’ailleurs un problème fondamental de l’utilisation du langage. Quant on ne cherche plus qu’à parler pour brosser les gens dans le sens du poil, on vide les mots de leur sens. Le logos est dissous et l’appréhension rationnelle du réel devient impossible, ce qui handicape lourdement la capacité d’agir. Quand les mots ne veulent plus rien dire, on ne peut plus rien faire de cohérent. Reste la réaction brutale, viscérale, mais dépourvue de perspective à long terme.
      Tout cela est flagrant lorsque les politiques évoquent les mystérieuses « valeurs de la république », sorte de mantra creux destiné à meubler le discours pour donner l’illusion d’un projet sérieux.

      J'aime

  2. tschok dit :

    Vous savez, Paul, ce qui m’a toujours le plus dérangé chez les réacs de posture comme vous – les bobos du réactionnariat serein et sûr de lui-même – c’est leur immense connerie.

    Mais je tiens à vous dire aussitôt que je n’ai pas à m’opposer à vous sur le plan de l’authenticité du réactionnariat: je ne suis pas plus que vous un réac authentique.

    Je sais en revanche que vous n’en êtes pas un. Je m’en suis rendu compte lorsque nous avons discuté d’art. Il apparaissait que sur ce plan vous étiez essentiellement un contribuable, un touriste et un conformiste. Quelque chose d’à la fois banal et vulgaire, mais qui se singularise dans sa persévérance à exister en tant que volonté d’être très con, envers et contre tout..

    Sur ce plan-là, oui, vous pouvez être fier.

    Peut-être que j’exagère, mais je vous tiens pour responsable de l’abandon de son post par Noix Vomique: quand il s’est rendu compte que même chez les réacs, la connerie de masse commettait ses plus ultimes ravages, qu’une rasade de whisky ne peut plus rincer, il a dû, aussi pour cette raison, se désespérer et lâcher l’affaire lui qui, pourtant, n’hésitait pas à revendiquer le titre, noble, beau et simple de réac.

    Le combat du vrai réac a cessé faute de combattant.

    Dommage, j’aimais beaucoup les vrais réacs et les voir tous céder, un à un, devant la masse liquide de celles et ceux qui s’en prétendent sans en être, pour occuper leur place au sommet d’un podium qu’ils ne méritent pas, me navre.

    C’est donc le règne des nuls, ici aussi.

    Inch Allah comme dirait l’autre.

    Bon alors, voilà donc votre thèse sur le terrorisme et j’en passe. Un peu maigre donc. Vous avez l’intention de vous nourrir à combien sur ce petit morceau de viande avariée agglutinée sur un vieil os que tant d’autres ont rongé avant vous?

    Tout un peuple?! Mais vous êtes des cons ma parole! on ne nourrit pas un peuple avec des idées si stériles, sauf si on l’a dressé à absorber de la merde et à faire mine de s’en délecter.

    Je crois que vous, dans le rôle du cuisinier, et vos commentateurs dans le rôle du gastronome, ferez un très bel ensemble dans l’ordre de l’insignifiant, ordre mineur s’il en est, mais qui ne se néglige point, puisqu’il est la matrice de nos sociétés du vide.

    En vous lisant, nous sommes donc tous appelés à mettre un moule sans structure autour d’une matière sans consistance. j’anticipe que vont se jouer ici les plus étonnants progrès de la pensée française…

    Gasp.

    J'aime

    • Trop « try-hard ». Restez cool.

      J'aime

      • kobus van cleef dit :

        vous frappez pas
        tchok s’est encore tchoké dans le mur de ses vaticinations
        à mon avis , il nous confond
        son Hobsession , c’est « le réactionnaire »
        un peu comme d’autres veulent Habsolument leur fachysse , voyez
        quitte à inventer des catégories ou une filiation du réactionnaire
        je lui avait demandé il y a quelques semaines ce qu’il entendait par ce terme « réactionnaire » , il m’avait fait une réponse à la Bourdieu , genre c’est un pré requis , vous savez c’que c’est , vous en êtes un ( premier geste du meneur dans la cour de récré de la maternelle ….désigner….ça change peu à l’âge adulte, ça continue à désigner….toi brave zigue….toi fachysse ….toi seulement réac et confit en beaufitude….toi carrément fils de pute……entre nous, je l’imagine en mouflet exigeant , en salopette jacadi et basquettes bonpoint , désignant ses petits camarades ….)

        J'aime

      • Il est rigolo. Un peu en manque d’attention, c’est évident. Réac… je ne sais pas trop ce que ça veut dire. Lemmy était réac dans son genre, et Henri de Lesquen est un bon spécimen de réac, mais pas sûr que les deux oiseaux se soient entendus sur tout… Moi, je suis plutôt tendance Lemmy. Enfin, j’essaye quoi. Rocknroll.

        J'aime

      • tschok dit :

        Je suis la coolitude faite homme, mais on s’emmerde tellement sur les blogs réacs qu’il faut bien mettre un zest de piquant, histoire de se marrer un peu.

        J'aime

    • Noix Vomique dit :

      Tschok, vous exagérez.

      D’abord, Paul, pour qui j’ai de l’estime, n’est en rien responsable de ma désertion: je n’ai plus envie de bloguer, simplement par lassitude et par pessimisme. Comme je l’écrivais le matin du 14 juillet, par une sorte de prémonition, je n’ai pas envie de commenter les désastres à venir.

      Ensuite, il n’y a pas de faux et de vrais réac -gardez ce genre de distinguo pour les musulmans. Il y a certes une grande diversité, car nous pouvons être réac pour des raisons différentes, mais nous partageons tous le même scepticisme à l’égard du mirage de la modernité. Kobus a raison à propos de votre définition du « réac« : sur ce coup-là, vous êtes un peu court.

      J'aime

  3. kobus van cleef dit :

    déjà détschoké du mur?
    ça a dû faire splatch en tombant…
    reprenons donc notre discussion sur les réacs et cette rage de désigner ( il me revient d’un passage télévisuel mettant aux prises le vieux monophtalme et la décervellée de sarnez , dans lequel elle lui avait lancé « vous stigmatisez , vous stigmatisez , vous stigmatisez sans cesse! » avec un mouvement accusatoire de son bras blanc et lisse , terminé par un index vengeur , c’est à ça que vous me faites penser , ami tschok , à l’insignifiante sarnez )

    il faudra bien me dire quelle action vous menez , vous , pour que vous puissiez me gratifier d’une quelconque réaction contre cette action

    probablement aucune, hélas

    ou alors comme chacun de nous , votre action se limite à bouffer des pizzas devant la télé en pianotant sur votre smartefaune , comme Paul Fortune l’écrit dans « fatigue »

    ce qui mettrais peut être tout le monde à égalité ( sauf moi qui n’ai pas de télé )

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s