Pourquoi l’immigration ?

Il y a comme un profond désarroi qui vous prend lorsque vous songez à l’impact profond et majoritairement négatif qu’a eue l’immigration sur notre vie quotidienne durant les 30 dernières années. Comment en est-on arrivé là, et surtout pourquoi ? Pourquoi a-t-on laissé entrer et s’installer à demeure des populations qui sont une source grandissante  de nuisances et de violences, et qui dégradent progressivement le lien social ? Est-ce donc que nous avons été trop idiots ? Nos élites, chevilles ouvrières de cette catastrophe, nous haïssent-elles tant ? La réponse tient peut-êtres tout simplement à la faillite du socialisme, les partis porteurs de l’idéal socialiste espérant grâce à l’immigration dont ils tirent une clientèle vitale survivre quelques années encore.

Certes, l’immigration a commencé sous Giscard, et c’est le calamiteux Chirac qui a initié le regroupement familial, faute colossale pour laquelle on ne le maudira jamais assez. À l’époque, l’argument économique semblait peu ou prou pertinent, et on peut surtout reprocher à ces deux crétins nuisibles une absence totale de vision politique à long terme. Chirac était d’ailleurs un nul fini en histoire et ne voyait pas plus loin que le bout de sa carrière politique – ce qui l’a bien servi lui, mais a desservi la France dans des proportions dantesques.

Cependant, c’est l’arrivée de Mitterrand qui a révélé la vraie nature de l’immigrationnisme : fournir à la gauche une caution morale et, à terme, une clientèle fidèle. Mitterrand avait d’ailleurs oeuvré activement dans ce sens avec la création de l’officine SOS Racisme. Tout cela relevait d’un plan parfaitement étudié et, il faut bien le reconnaître, couronné d’un succès au-delà de toute espérance, puisque la catastrophe ainsi enclenchée empire de jour en jour 30 ans plus tard. L’échec rapide et flagrant du socialisme a accéléré les choses.

Le socialisme avait déjà échoué partout où il s’était implanté, et ce pour une raison très simple : toutes ses promesses généreuses de renouveau et d’égalité sociale se basaient sur l’amélioration de l’économie. L’économie est au coeur du socialisme, qui ne possède aucun fond spirituel solide. Problème : qui dit économie dit croissance, et c’est justement la version libérale du capitalisme qui a fourni, et continue de fournir, le plus de croissance. Le socialisme était en quelque sorte battu sur son propre terrain, et même l’industrialisation à marche forcée de l’URSS ou de la Chine ne pouvait être considérée comme une réussite. Les rendements étaient aussi mauvais que la qualité, et cette industrialisation aurait eu lieu de toute façon, tirée par le développement du monde occidental. Si la Chine fournit autant de biens de consommation à l’occident, ce n’est pas parce que le socialisme y a réussit, mais parce que le capitalisme libéral occidental l’y a poussé.

La messe était déjà dite pour le socialisme quand Mitterrand est arrivé au pouvoir en France, et il n’a pas fallu deux ans pour que le nouveau pouvoir constate l’échec de sa politique économique. Mais les hommes étant ce qu’ils sont, ils ne lâchent pas facilement les bonnes places. Il fallait au socialisme un échappatoire, qui s’est mis en place peu à peu sous forme de questions « sociétale » dont la gauche Terra Nova est l’aboutissement. Le socialisme, pour survivre, devait se muer en une social-démocratie distribuant subventions, aides, allocations et autres rentes à une population ainsi tenue en relative sujétition, tout en ponctionnant activement la population active du secteur privé. Pourtant, peu à peu, cette politique montre ses limites, et se faire élire devient de plus en plus difficile. Il faut absolument fragmenter la société en autant de niches sociétales qui seront les cibles électorales des partis de gauche. Le stratagème fonctionne plutôt bien, mais la gauche est toujours menacée de se faire rattraper par l’économie. Pour survivre, il lui reste les débats de marge, comme le mariage gay, mais surtout le vivier constitué par l’immigration. Le socialisme en faillite ne peut proposer qu’une seule chose : des allocations et des mosquées. L’État verrouille relativement bien la société, et on peut compter dessus pour faire rentrer l’impôt, qui servira à payer ce programme couteux.

Il est donc nécessaire à la gauche d’avoir toujours plus d’immigration, d’autant plus que cette immigration communautarise fortement le pays, ce qui est toujours utile quand on veut simplifier l’arithmétique électorale. Ainsi, la gauche, PS en tête, s’achète quelques années de répit. Sans l’immigration massive, le PS aurait disparu en même temps que Lionel Jospin. À terme, les partis politiques se diviseront sur une ligne communautaire clientéliste. Le PS et ses affidés étant le parti naturel des immigrés, principalement musulmans, il a tout intérêt à faire grossir cette communauté. C’est évidement un mauvais calcul, car ainsi le PS devient l’esclave de ses clients.

Il est possible que l’hypothèse Houellebecq se réalise, mais plutôt par hasard : un parasite malin issu de la diversité et promu par des socialistes qui se croient roublards pourrait arriver au pouvoir de la même façon que Hollande a débarqué, presque à son corps défendant. Cependant, les élites françaises savent verrouiller le sérail. Ceux qui n’en sont pas finissent toujours par se faire éjecter une fois qu’ils ont servis, même quand ils se croient arrivés. Ainsi, j’imagine bien plutôt un collaborationnisme total d’hommes politiques préoccupés avant tout de leur survie à court terme. Nous voyons déjà à l’oeuvre des gens de gauche défendre des positions complètement délirantes si on les rapporte à l’origine de leurs convictions (les prises de position sur les viols commis par les migrants ou le burkini en sont des exemples flagrants), mais qui ainsi s’assurent une survie au moins médiatique, sinon politique. Cette collaboration amène évidemment une société totalement cauchemardesque, dans laquelle l’islam prend une place toujours plus violemment envahissante.

L’immigration sert à prolonger la vie finissante de l’idéal socialiste qui, intubé sur son lit d’hôpital, s’accrochera à son existence, dusse la France disparaître.

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Pourquoi l’immigration ?

  1. Pangloss dit :

    Comme la croissance du PIB, celle de la population immigrée sont des drogues dont il faut augmenter les doses jusqu’à en crever.

    J'aime

  2. Dictus/Victus dit :

    Ce qui reste incroyable, c’est que même après de multiples attentats, ces gens de gauche n’ont toujours rien compris et continue à nous faire de la bonne victimisation anti-islamophobe…
    Par exemple, sous le prétexte incessamment répété que « les attentats touchent tout le monde, y compris des musulmans »… ils ne comprennent toujours pas que le djihadisme est global et touche autant ce que le djihadiste appelle le « mauvais musulman », c’est-à-dire le musulman très peu pratiquant, qui a accepté la modernité que l’infidèle, autre nom d’oiseau. Ils ne comprennent pas, n’arrivent pas à se mettre dans la tête que le fondement de cette religion, c’est la Conquête, que ce soit par la force, la conviction ou le nombre…

    Oui, un président musulman français, ça ne m’étonnerait pas du tout, un peu sur le mode de l’élection du maire de Londres…

    J'aime

  3. POTET dit :

    Certes, mais pourquoi l’immigration massive sous la droite (mandats Chirac et Sarkozy), non bénéficiaire de l’ethno-mathématique électorale nouvelle engendrée par ces mêmes flux?

    J'aime

    • Bonne question. J’incline à croire que Chirac n’était rien d’autre qu’un crypto-socialiste et que Sarkozy vendrait sa propre mère si cela pouvait faire avancer sa carrière. Probablement aussi n’avaient-ils ni le courage ni l’envie de déplaire aux journalistes et de se mettre la caste médiatique à dos, qui contrôlait encore plus l’opinion que de nos jours.
      Mais je soupçonne que la vérité est encore plus simple : les monarchies du golfe payaient, en tous cas pour Sarkozy, et il aurait été malvenu de s’en prendre aux immigrés muzz.
      Et puis, ne minimisons pas la pure connerie. Sarko s’imaginait pouvoir contrôler les muzz via la création du CFCM. Quant à Chirac, il n’en avait rien à foutre, pourvu que sa « politique arabe » fasse bien dans le décor.
      Enfin, je crois que tous ces gens n’ont aucune vision d’avenir et ne croyaient certainement pas que les muzz pèseraient autant de façon communautaire. Ces deux imbéciles croient probablement encore, comme leurs semblables, à l’idée de république laïque ne connaissant que des citoyens. Bonne blague. La république, c’est justement le problème – et elle l’a déjà amplement prouvée en 40.

      J'aime

      • Popeye dit :

        Nombre de monarchistes ou de royalistes vous diraient qu’elle est le problème depuis le début…
        J’ai survolé récemment le déroulement de la convocation des Etats Généraux de 1789. J’en ai été sidéré de voir le véritable coup d’état qu’a mené Mirabeau. Louis XVI aurait du l’embastiller puis le bannir pour lèse-majestè dès le 6 mai 1789, Il se serait épargné bien des tracas.
        Voire il aurait du le faire pendre haut et court. Quoi que noble, le salopard trois-points qu’il était siégeait avec le Tiers, à mon sens il ne méritait plus l’épée. Ce n’était pas forcément la peine de renouveler la catastrophique exécution de Damiens (tentative de régicide et lèse majesté => écartèlement…une boucherie innommable) quelques lustres auparavant

        J'aime

  4. Anton dit :

    Bien avant le regroupement familial, la France avait tranféré plus de cent mille algériens (pas sûr du chiffre exact) en métropole car l’explosion démographique au Maghreb, conjuguée avec une période de mauvaises récoltes, menaçait déjà la stabilité politique en l’Algérie française.

    On notera également le rôle non négligeable du haut patronat français pour faire entrer toujours plus de bataillons « d’esclaves », bien que le besoin en main d’oeuvre ne justifiait plus l’immigration de travail depuis les années 70.

    Certains on noté, à juste titre, le rôle de certaines « élites » juives dans l’organisation et l’encouragement incessant à la submersion démographique de notre pays.
    D’autres s’interrogent sur le rôle et l’intérêt de nations étrangères (USA, Turquie, pays du golfe, etc.) à vouloir affaiblir l’Europe en encourageant également notre submersion.

    L’immigrationnisme idéologique et électoraliste de la gauche ne semble être que le dernier volet (ce qui ne diminue en rien sa nocivité, comme vous le remarquez fort justement) de cette entreprise de démolition de notre ethno-culture.

    Tout cela pour souligner la multitude des causes de ce désastre démographique, là où certains d’entre-nous ont tendance, selon leur sensibilité, à vouloir attribuer la responsabilité à un seul facteur (le patronat, les juifs, la gauche, etc.)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s