Le grand tabou se fissure

Si les primaires ont eu une utilité, à part celle de nous débarrasser de Juppé dont je n’ai jamais cru une seule seconde qu’il réussirait, c’est de mettre en évidence la tension identitaire sous-jacente à toute la politique française.

Juppé a perdu car il était tout simplement trop vieux et faisait trop figure d’énarque technocrate, mais il est flagrant qu’il était le candidat de choix d’un courant islamo-socialiste qui ne se cache plus. Les mosquées ont appelé à voter pour lui, tout comme l’ont fait certaines figures de gauche. Le plus inquiétant est que cette gauche n’est pas celle de clowns marginaux à la Besancenot, mais bien celle de l’establishment journalistique mainstream. Pour ceux qui en doutait, il y a une alliance objective entre les musulmans et la gauche, alliance incarnée par l’improbable ministre Najat Belkacem qui applique les fantasmes égalitarismes destructeurs du socialisme tout autant qu’elle fait activement le lit de l’islam dans les écoles.

Face à cette hydre bicéphale, la victoire de Fillon montre clairement qu’une partie des électeurs est sensible à l’argument anti-islam et désire un retour à une droite portant haut des valeurs sinon traditionnelles, du moins classiques. Fillon possède la figure rassurante de l’homme de droite raisonnable qui a le beau rôle à côté d’un FN toujours vu comme brutal sur les questions d’immigration et d’islam. Fillon cependant est bien loin d’être le Trump français. Il n’est pas un outsider milliardaire volontiers provocateur mais un homme du système, un politicien professionnel qui ne peut qu’être pétri de l’esprit de sa caste. Entre les aspirations qu’il incarne et ce qu’il est vraiment, il y a peut-être plus qu’un fossé. L’avenir nous le dira. Nous ne sommes jamais à l’abri d’un surprise et il se peut qu’un apparatchik de second ordre se révèle en définitive un grand homme d’État, mais j’avoue avoir de gros doutes. Et ne perdons pas de vu qu’il n’est pas encore élu, loin de là.

Reste cette ligne de fracture que les Français commencent à assumer sur la question de l’islam, et qui va être déterminante pour la suite des événements. Il n’y a au fond que deux partis possible : celui des remplacistes et celui des remigrateurs. Mais ça, les Français ne le savent pas encore clairement.

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le grand tabou se fissure

  1. Pangloss dit :

    Bien sûr, il y a cette question de l’Islam sur laquelle beaucoup de Français se rejoignent (mais pas tous) mais il y a aussi le fait que Fillon a cet image de « bourgeois » qui le dessert auprès d’une partie de la population. A lui de la changer s’il ne veut pas que Martinez, Libération, l’Obs, France-Inter etc ne s’en servent contre lui.

    Aimé par 1 personne

  2. Dictus/Victus dit :

    M’est avis que Fillon va se réveiller, il va sortir de sa timidité, peut-être en s’aidant d’un coach…
    Face à Macron, Valls et Mélanchon qui sont tout trois décomplexés, il va devoir sortir de son aspect plan-plan et nous montrer son côté winner, tel que le démontre sa passion pour la technologie en pointe et les voitures de courses.
    Il faut également qu’ils sortent quelques mesures de fort optimisme, parce que la plupart de ses annonces ont été dûment compilé par nos joyeux dénonciateurs (très précoces sur ce coup-là) de gauche, Libé, L’Obs, Marianne, Politis…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s