Dignité en kit

Métro le dimanche soir tard. Je tombe sur un affiche qui demande de faire un don de 7 euros afin d’offrir à « tous les réfugiés » un « kit dignité ». Pour que le chaland comprenne bien de quoi il s’agit, il y a une serviette, du savon, une brosse à dent, une serviette hygiénique et je ne sais quoi d’autre sur l’affiche. Je ne savais pas que la dignité se vendait en kit, et je me suis demandé si c’était vraiment utile d’offrir un nécessaire de toilette à des gens qui semblent avoir une propension à chier dans les douches – sans parler du fait que leur idée de bien se tenir inclue apparemment le viol des femmes et des enfants qui passent à leur portée.

Juste à côté, il y avait un type endormi en chien de fusil autour d’une bouteille de vin entamée. Il était habillé tout en noir et ses chevilles grêles qui flottaient dans les jambes de son pantalon lui donnait une impression de fragilité extrême. Quelques cheveux gris filasses s’échappaient d’un chapeau mou et encadrait un visage rougi par l’alcool. Un peu plus loin, un de ses camarades d’infortune dormait complètement enveloppé dans un sac de couchage informe, la tête posé sur un sac de sport usé presque vide. Par temps froid la RATP laisse les clochards s’abriter dans le métro. C’est déjà ça. Eux avait l’air d’en avoir un besoin urgent, de dignité. Et encore, ceux qui feraient bien de s’acheter un peu de dignité en kit, ce sont ceux qui s’apitoient sur le sort du migrant au destin somme toute volontaire en oubliant ces pauvres hères qui crèvent lentement dans le métro parisien.

Publicités
Cet article a été publié dans Société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Dignité en kit

  1. Arnaud D dit :

    Ce matin, je ne sais plus sur quelle station de radio, alors que je patrouillais, le gandin qui préside cette association, Solidarités International, était invité. Le journaliste, peut-être un peu moins pourri que ses confrères, lui a demandé à qui s’adressait ce kit, étonné de ne pas voir nos sdf parmi les attributaires. Et l’autre, sûr de lui, sans la moindre émotion, le plus petit semblant de pitié désolée dans la voix, a expliqué que la cible de son association de merde était les pauvres zétrangers qui fuient les bombes, et que nos clodos doivent être pris en charge par M. Etat.

    Y a pas de mots pour dire ce que vous êtes M. Lagourgue, y’a plus de mots… Enculé !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s