Pas d’amalgame à Barcelone

Ce qui me choque le plus avec les attentats islamistes, c’est qu’ils ne me choquent plus. Je ne ressens même plus l’horreur teintée de fascination morbide à la vue des images bataclantesques qui ont envahies une fois de plus internet. Je hausse les épaules avec un soupir de lassitude en pensant à part moi qu’une fois de plus, ce sont toujours les mêmes musulmans qui n’ont rien à voir avec l’islam, bien entendu, et qu’une fois de plus tout cela vient sinistrement confirmer les avertissements des vilains fachos et autres réactionnaires complotistes qui, depuis près de 30 ans pour certains, n’ont cessé leurs mises en garde.

La semaine avant pourtant bien commencée. Entre les débordements meurtriers de Charlottesville et la funeste pizzeria de Sept-Sorts, la médiacratie tenait un terroriste nazi et pour une fois un vrai déséquilibré. Du point de vue du storytelling, le bilan était « globalement positif », comme auraient dit les cocos français. Manque de chance, il y a toujours un brave gars gentil comme tout et bien connu de ses voisins pour venir faire tout foirer et commettre un attentat à la voiture bélier. Des morts, des blessés, le record de Nice n’est pas battu mais l’esprit est là, qui plus est dans la ville chérie des bobos qui ont tous été y passer un week-end ou deux. Une saloperie de plus. Ça va finir par se voir, à force qu’il y ait des attentats presque toutes les semaines.

Curieusement je ne m’attends pas vraiment à une réaction de la caste au pouvoir. Après tout, si je deviens presque blasé de ce genre d’horreur, il est probable qu’eux non plus ne s’affolent pas trop. Il faut s’habituer, et c’est ce que nous faisons progressivement. Valls nous le disait, rejoignant dans un magnifique arc islamo-républicain Sadiq Khan, ce brave maire de Londres pour qui les attentas meurtriers sont une part admissible de la vie dans une grande ville. Façon de nous dire « fermez vos gueules sinon ça va barder ».

Tout cela devient franchement pénible. Je voulais parler un peu d’autre chose, de jeûne et de minimalisme, de boxe et de littérature, mais l’actualité me force à retomber dans la diatribe. C’est un peu dommage, on aimerait pouvoir penser à autre chose de temps en temps.

Alors pas d’amalgame, des fleurs, des bougies et la tour Eiffel aux couleurs de l’Espagne – ou de la Catalogne, il faut se méfier des susceptibilités. Peut-être bien que je devrais tourner ma veste au fond. Y’a l’air d’y avoir un marché.

Publicités
Cet article, publié dans Société, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Pas d’amalgame à Barcelone

  1. Had dit :

    Mais pourquoi ne pas écrire un article sur les fringues !

    J'aime

  2. kobus van cleef dit :

    comme vous dites ,le plus choquant ,c’est que ça a cessé de choquer
    en fait,ça fait bien longtemps , depuis exactement l’attenta de la rue des rosiers dans les 80 débutantes , que ça a cessé de me choquer
    lorsque toute la gauche se pâmait pour l’extrème gauche , pour carlos ,les brigades rouges , avec un sentiment mitigé genre « c’est atroce,mais eusses , tu comprends, eusses ils se battent , c’est des battants , des ouariors , ils se laissent pas chier dans les bottes » , moi , digne fils d’une droite chrétienne de gauche , je ne pouvais m’empêcher de penser que c’était pas volé pour leurs gueules
    plus tard , alors que la mitterandie nous avait octroyé une quasi paix sociale , il a fallu que nous allions guerroyer au liban, histoire de perdre des hommes pour le mauvais motif
    mais c’était loin,le liban
    ce qui était plus près en revanche , c’était la fnac ,rue de rennes….un adjupette ( dans les deux sens du terme , ha ha ha ) m’en a causé lorsque ,jeune aspirant , je m’échinais au triage à l’accueil de l’hosto militaire de….( secret défense) ; »ils étaient tout gris , monsieur l’aspirant , tout gris….on a compris après que c’était le plastique des sacs poubelles où avaient été déposées les bombes »
    bon, passons sur les attentats du métro saint michel et sur la mort du terro dans la région lyonnaise , mort dont la célébration , au cours d’un repas avec des anonymes de la même classe zoziale que moi ( décidément , j’ai du mal à me reconnaître dans les csp+) m’a valu une mort zoziale prolongée
    on en arrive à charlie et au batacloche , puis nice, le rouvray près de rouen et tous les bleds quasi anonyme où ces dingos de merde sèment les germes des pogroms à venir
    lorsque j’en cause sur le mode « mais rendez vous compte qu’on a quand même accueilli , nourri ,logé ,blanchi des serpents dans notre sein,non? » j’ai deux réactions
    soit c’est une sorte de disjonctage , le regard papillonne puis se fixe ailleurs , et la conversation s’arrête , impossible de les remettre sur les rails, c’est souvent de vrais gauchiasses , mordicus , la trogne dans la cuvette des chiottes, ils continueront à dire « refugees welcomme »
    soit on voit une sorte de soupir évasif et puis la réponse coule de leurs lèvres épuisées « que veux tu que nous fassions, ils sont là,on peut rien faire »,là c’est souvent d’anciens convaincus qui ont réalisé , un peu tard , qu’effectivement , la zoziété a nourri des serpents en son sein

    à propos des gauchiasses qui refusent de voir la réalité en face , je repense souvent à ce passage de « lune de fiel » de pascal bruckner ,où , le couple improbable fait de l’allumeuse et du pervers paralytique a inventé un nouveau jeu qui a mal tourné
    la fille a dragué une paire de loubard ( gageons que bruckner n’aurais pas écrit « un n’haîgre et un gnoule ») ,les a fait monter dans l’appartement , s’est offerte à eux , et ils en ont profité les bougres! sodomisée sans ménagements, giflée, vêtements déchirés , anus sanguinolent, elle trouve encore la mauvaise foi de lancer en sanglotant à son Pygmalion ( pygmée-lion? ) dont les violeurs ont renversé la chaise roulante « c’est de ta faute , tout est de ta faute »
    à rapprocher quand même du testament d’éddie belle gueule , pédé issu d’une intolérante famille de prolos du nord, devenu normalien , auteur de quelques ouvrages remarqués sur la pédérastie et l’ignoble discrimination dans laquelle sont tenus les pédés dans notre zoziété ( proposez lui d’échanger vos places respectives , avec les salaires y afférents , pas certain qu’il accepte) , dans lequel il raconte qu’ayant invité , un soir de noël , un maghrébin de rencontre à venir boire un verre chez lui , il a subit la même mésaventure , anus en chou fluer , tabassage en règle , vol de carte bancaire, crachats , injures et égorgement simulé ….mais il continue à militer pour les sanpapié , tu penses …

    en fait ce type de réaction, l’incrédulité et la mauvaise foi, procède, à mon avis, d’une soumission toute pédérastique passive

    J'aime

    • Une piste intéressante en effet. J’ai plutôt tendance à penser que c’est un mécanisme de défense inconscient : face à une catastrophe trop immense pour être assumée, beaucoup d’humains préfèrent se réfugier dans le déni. Autrement, le choc serait trop important pour leur système nerveux fragile. Moi-même j’en ai assez de penser à toutes ces choses. Mais je suis incapable de plonger dans le déni des gens ordinaires. Heureusement en un sens.
      D’autre part, la soumission est un tropisme assez naturel à l’espèce. Nous sommes fait pour vivre en groupe. Dans tout groupe émerge quelques leaders, et la masse suit parce que c’est plus facile et plus sûr que d’essayer d’être indédpendant. Nous avons poussé ce mécanisme jusqu’à la honte de penser certaines choses. Si les leaders « autorisaient » la masse à penser autre chose, elle suivrait. C’est d’ailleurs pour cela que les campagnes antiracistes et autres sont intensives. Il ne faut surtout pas lâcher les cerveaux.

      J'aime

      • kobus van cleef dit :

        ne pas lâcher les cerveaux ?
        occuper les cerveaux , le temps de cerveau disponible c’est de l’or !
        un grand prébendier de la républik , qui avait trouvé dans son chausson de noël une chaîne télé , ne disait pas autre chose
        et en plus ça lui rapporte !
        décerveller la populace ramène du flouze…
        un vrai bonheur ,non?

        J'aime

      • Qui contrôle les pensées contrôle le monde.

        J'aime

  3. KAZAK dit :

    Vous écrivez : « Ça va finir par se voir, à force qu’il y ait des attentats presque toutes les semaines. » Or, permettez moi, c’est exactement le contraire qui arrive et que vous décrivez d’ailleurs. A force qu’il y ait des attentats presque toutes les semaines, ça finit par ne plus se voir. On en est à combien de déséquilibrés poignardeurs ? sincèrement je n’en ai aucune idée. On pourrait me dire 12 ou 375 que je le croirais également. C’est la vraie tristesse de cette situation, on se fait à tout. Manu nous avait dit qu’il faudrait s’y habituer ; j’étais loin de me douter que ça ne demanderait même pas un effort.

    J'aime

    • Pas faux, je n’avais pas vu les choses comme ça. Mais je crois que sur le long terme, les gens vont finir par en avoir un peu marre.

      J'aime

      • KAZAK dit :

        Je l’espère, mais sans y croire. J’entends des « ça va péter » depuis l’adolescence (nous sommes contemporains à un an près) mais la tolérance (au sens premier : capacité à supporter quelque chose qui nous gêne, nous déplait, voire nous nuit (Est-ce ici ou chez Obertone que j’ai renoué avec ce sens premier du mot ?)) grandit malheureusement sans cesse. C’est un suicide par passivité.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s