Instant houellebecquien

Des enceintes crachent une sorte d’eurodance du début des années 2000 envahissante. Dans le bassin, là où on a pied, une vingtaine de femmes ayant pour la plupart dépassé franchement la quarantaine essayent de reproduire dans l’eau les mouvements qu’un maître-nageur leur montre depuis le bord de la piscine. Dans ce cours d’aquagym se sont glissés quelques hommes qui apparemment ont abandonné honneur, dignité et virilité au vestiaire. Ils s’agitent puérilement au même rythme que ces femmes aux chairs défraîchis qui tentent désespérément de retrouver un semblant de fermeté dans les régions postérieures de leurs corps. Tout ce monde est d’un sérieux absolu, l’application est proportionnelle à la relative inutilité de l’exercice. J’avoue me prendre à penser que si ces femmes s’astreignaient plutôt à nager, elles obtiendraient des résultats nettement plus probants. Mais je m’en voudrais de les juger trop durement. Après tout, elles font l’effort de l’exercice, dont on sent qu’il leur a été vendu sur la base de l’espoir. Il y a quelque chose de triste dans le sérieux de ces visages, dans cette lutte intérieure désespérée pour avoir l’air encore un peu attirante, pour gagner quelques mois de sursis. L’aquagym les rend elles seulement heureuses ? Après tout, du moment qu’elles sautillent dans l’eau, font des mouvement avec leurs bras et leurs jambes, elles ne me gênent pas. Mieux, elles se gardent de venir nager comme des pierres dans la ligne d’eau que j’utilise. Mais par pitié, si seulement il pouvait ne pas y avoir cette eurodance pour rythmer leurs mouvement ! L’envahissement par la laideur est la pire des choses qui s’abat sur ce monde, et il semble toujours concomitant d’un désespoir, ici celui de la femme à la poursuite de son corps fuyant et de sa séduction perdue.

Publicités
Cet article, publié dans Société, sport, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Instant houellebecquien

  1. Pangloss dit :

    Il y a quelques jours, au supermarché où je fais mes course, il y a eu une coupure de courant; Les lumières aveuglantes se sont éteintes et a laissé la place à la lumière du jour, bien suffisante. Mais surtout, la musique s’est interrompue. Tous le monde a poussé un soupir de soulagement.

    Aimé par 1 personne

    • kobus van cleef dit :

      vous aussi ,la muzak vous agresse ?
      pendant longtemps, j’ai garé ma voiture dans un parking , au boulot , où c’était omniprésent , dans l’ascenseur et dans les stalles où étaient parqués nos chevaux mécaniques

      je faisait souvent la réflexion , dans l’ascenseur qui me menait dans les profondeurs du sol , que « les rappeurs vocifèrent , trouvez pas ? ils vocifèrent comme itlaire » et personne, jamais personne n’a rebondit sur ça

      et pourtant , l’ascenseur était occupé !
      y avait des mères avec enfants , des riverains, des employés de bureau , toute une populace laborieuse ( ou pas )

      depuis, je viens bosser à pied, meilleur pour mon métabolisme , mon budget ( même de petite taille, une voiture consomme ) et mon humeur

      un autre truc , c’est les ascenseurs nord-américains ( j’en revient ) , muzak à fond , velours et miroirs , populace diverse ( dans le sens zozial pas ethnique, je ne fréquente que les ascenseurs d’hôtels de bonne facture ou des immeubles à visiter genre john hancock tower à chicago )

      et lorsque je dit à fond, je blague pas , c’est vraiment à fond

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s