Le noeud gordien

Mathilde, jeune métisse dont on a du mal à distinguer les origines polonaises mais dont les gènes africains ne font guère de doute, va incarner Jeanne d’Arc aux fêtes johanniques d’Orléans. Pourquoi pas après tout ? Elle semble bien sous tous rapports et je ne doute pas qu’elle soit très sympathique bien qu’elle ait un physique qui tendrait à laisser penser que ces fêtes johannique sont un genre de miss France pour les moches vertueuses – à part Charlotte d’Ornellas, bien sûr… Au fond, tout le monde se fout complètement de cette parade ringarde qui a des airs de téléfilm médiéval produit par le service public, et le fait de choisir une métisse aurait en d’autres temps laissé tout le monde indifférent, mais la situation démographique catastrophique du pays amène tout de même quelques interrogations sur le sens a donner à ce choix, qu’il ait été fait en toute innocence ou selon un plan de communication délibéré. Quelle que soit la réponse, ce n’est pas Mathilde qui pose problème, mais les millions de divers qui ne sont pas et ne seront jamais Jeanne d’Arc, un peu comme on est ou pas « Charlie ».

La question qui se profile est de savoir si la France est un principe moral et spirituel, qu’il soit républicain ou catholique, ou alors un pays dans lequel vit un peuple. Mathilde devient un noeud gordien qui enserre inextricablement ces deux conceptions et qu’il est difficile, sinon impossible de trancher, car y porter la proverbiale épée comporte le risque de l’existence même de cette chose aujourd’hui si difficile à saisir qu’on appelle la France. Il faudrait soit affirmer un racialisme qui est étranger à la tradition française soit se rendre à l’universalisme, fut-il chrétien ou républicain, qui pourtant creuse aujourd’hui la tombe du peuple français historique.

À vrai dire, ce fameux universalisme fonctionnait parfaitement quand il était un alibi au désir de puissance de la France – rappelons-nous Jules Ferry, parangon du républicanisme arrogant, qui, au nom de cet universalisme, affirmait haut et fort le devoir des races supérieurs à civiliser les races inférieures – et que nous avions les moyens de faire trembler le monde et de mettre au pas tout ce que le globe comptait de divers. Maintenant que certains idiots se sont mis à y croire et que d’autres, plus perfides, en ont fait un instrument d’humiliation du peuple français, l’universalisme se révèle un poison mortel. Il serait bon de se rappeler qu’en matière de politique, le respect des règles et des principes est la plus sûre façon de perdre. L’histoire est quelque chose de particulièrement cynique, et quiconque ne cherche pas à gagner doit se résoudre à vivre à genoux. Soit dit en passant, Coubertin était un aimable crétin dont aucun champion de boxe n’aurait voulu pour entraîneur, mais il semble malheureusement incarner à merveille la mentalité française.

Cette affaire a été l’occasion pour toute la droite de se montrer telle qu’en elle-même, c’est à dire de gauche. Nous sommes pris dans une toile d’araignée idéologique. La meilleure façon de réagir aurait été de ne rien faire et d’ignorer l’événement, mais la polémique a été lancée, l’air de ne pas y toucher, par un journal local qui se félicitait du caractère métisse de la jeune fille, façon de s’adonner à un « signalement de vertu » qui révèle surtout une obsession des universalistes pour la couleur de peau.

Il est bien triste qu’une jeune fille de 17 ans devienne l’otage d’une querelle idéologique qui a des airs de piège mortel, mais il est symbolique que ce soit à travers une Jeanne d’Arc métisse que ressurgisse, une fois de plus, le grand tabou actuel, face auquel nous sommes tous paralysés. Et on efface d’autant mieux notre histoire que nous n’avons plus de projet d’avenir collectif. C’est un cercle vicieux dont il sera difficile de sortir. Nous cherchons encore l’épée qui tranchera le noeud gordien de l’universalisme français. Ne tardons pas trop tout de même.

Publicités
Cet article, publié dans Politique, Société, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le noeud gordien

  1. Fernand Naudin dit :

    Combien de fois faudra t’il répéter que Pierre de Coubertin n’a JAMAIS dit que « l’important était de participer »? Il est même plus que probable qu’il n’ait jamais pensé une telle chose! En fait, cette idée a germé dans la tête d’un vague prêcheur dont l’histoire n’a pas retenu le nom!!!
    Dans ce domaine comme dans d’autres, il est temps de chasser les idées reçues.

    J'aime

  2. Kobus van Cleef dit :

    Voilà ce que j’aurais dû dire et écrire à l’époque
    « Jolie Mathilde, tu veux jouer à Jehanne ?
    Vraiment ?
    Sans regrets ?
    Allez,vas y fais toi plaisir
    Tiens,monte sur le choale, là, le blanc, avec un caparacon
    L’armure aussi, tiens, endosse ça, sur le dos
    Attassion,ça peut pincer, ces trucs là
    Oui , la moniche aussi
    Bon,t’as bien joué, t’es contente ?
    Tu vas remettre le truc au vestiaire
    Non non, inutile de revenir en deuxième semaine, tu piges que dalle
    Question d’éducation,de feeling, tu vois ?
    Si je suis un dégueulasse ?
    Pourquoi pas ?
    T’as peut être raison, chuis un dégueulasse
    Voilà
    Maintenant,pose ton égo à côté et réfléchis
    Ha,trop dur, pas vrai ?
    On s’en doutait »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s