En sortir ?

J’ai dîné chez un couple de médecins il y a peu. Ce sont des vaccinistes militants et d’après eux, des usines Pfizer seraient en train de monter en puissance pour sortir des millions de doses de vaccin d’ici trois semaines en France.

La seule question qui vaille maintenant est : comment allons-nous sortir de tout ce délire ? Plus le temps passe et plus l’anormalité s’ancre dans nos vies comme une normalité. Les gens s’habituent. La machine est lancée, et plus encore que son dynamisme morbide  des débuts, c’est sa routine tranquille et inexorable qui est maintenant à craindre. Si le vaccin vient à se révéler nocif, ils nous feront gentiment le coup du sinistre Fabius : « responsable mais pas coupable ». Ce qui revient à dire : j’y suis pour rien. Ce ne serait pas la première fois

Le seul espoir que nous ayons à court terme est l’inévitable dissension au sein des élites. Macron serait plutôt anti-confinement alors que le ministère de la santé essaierait de pousser au maximum dans le sens de mesures sanitaires toujours plus dures. C’est ce qui se passe quand le politique refuse ses responsabilités et passe la main à des techniciens dégagés de toute responsabilité. Ici, les médecins. Je ne sais ce que vaut cette information, mais après tout, nos politiques sont tellement pris dans des forces contraires de conflits d’intérêt, de délire idéologique et d’incompétence que tout est possible.

Ce même couple de médecins se félicitait de la prochaine réouverture des restaurants promise pour la mi-mai et admettait d’ailleurs que le gros de l’épidémie était derrière nous (no shit, Sherlock ? Comme la grippe en hiver quoi…). Ces gens émettaient aussi l’hypothèse convenue et assez évidente que le covid pourrait bien devenir saisonnier. Un peu comme la grippe, ai-je fait remarquer, tout en suggérant que le pouvoir trouverait un nouveau prétexte pour nous ré-enfermer une fois l’automne venu, et ce au moins jusqu’à la tentative de réélection de Macron. J’ai senti un léger malaise et une grande incrédulité. Je n’ai pas insisté.

Pour un homme qui a un marteau, tout problème est un clou. J’ai enfin compris exactement la signification de cet adage. Pour un médecin, il n’y a pas de problème politique. Ils ne comprennent pas ces choses-là. Reste nos dirigeants, à propos desquels nous auront toujours à hésiter entre les blâmer pour leur incompétence ou leur malignité. Il y a un peu des deux, probablement.

Une réflexion sur « En sortir ? »

  1. La manière dont les politiciens ont orchestré la pénurie de lits qu’ils ont mise en place pour pousser les médecins en première ligne afin d’obtenir la restriction des libertés qu’ils voulaient est quand même admirable, si l’on se place du seul point de vue de l’esthétique.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :