Instant houellebecquien

Des enceintes crachent une sorte d’eurodance du début des années 2000 envahissante. Dans le bassin, là où on a pied, une vingtaine de femmes ayant pour la plupart dépassé franchement la quarantaine essayent de reproduire dans l’eau les mouvements qu’un maître-nageur leur montre depuis le bord de la piscine. Dans ce cours d’aquagym se sont glissés quelques hommes qui apparemment ont abandonné honneur, dignité et virilité au vestiaire. Ils s’agitent puérilement au même rythme que ces femmes aux chairs défraîchis qui tentent désespérément de retrouver un semblant de fermeté dans les régions postérieures de leurs corps. Tout ce monde est d’un sérieux absolu, l’application est proportionnelle à la relative inutilité de l’exercice. J’avoue me prendre à penser que si ces femmes s’astreignaient plutôt à nager, elles obtiendraient des résultats nettement plus probants. Mais je m’en voudrais de les juger trop durement. Après tout, elles font l’effort de l’exercice, dont on sent qu’il leur a été vendu sur la base de l’espoir. Il y a quelque chose de triste dans le sérieux de ces visages, dans cette lutte intérieure désespérée pour avoir l’air encore un peu attirante, pour gagner quelques mois de sursis. L’aquagym les rend elles seulement heureuses ? Après tout, du moment qu’elles sautillent dans l’eau, font des mouvement avec leurs bras et leurs jambes, elles ne me gênent pas. Mieux, elles se gardent de venir nager comme des pierres dans la ligne d’eau que j’utilise. Mais par pitié, si seulement il pouvait ne pas y avoir cette eurodance pour rythmer leurs mouvement ! L’envahissement par la laideur est la pire des choses qui s’abat sur ce monde, et il semble toujours concomitant d’un désespoir, ici celui de la femme à la poursuite de son corps fuyant et de sa séduction perdue.

Publicités

Un vrai professionnel

Rien à dire, Mayweather est un vrai pro en plus d’être un bon boxeur. Il a géré son combat du début à la fin et en a fait une opération rentable pour tout le monde. Situation gagnant-gagnant. Il a boxé intelligemment, sans en faire trop au début. Ça a permis à McGregor de briller un peu, et il faut reconnaître qu’il a été meilleur que ce à quoi on pouvait s’attendre. Mais l’honnêteté force à reconnaître qu’il manquait cruellement de puissance pour pouvoir être vraiment dangereux. Une fois que McGregor a eu dépensé toute son énergie, il a suffit à Mayweather d’accélérer un peu. L’arbitre a été lui aussi excellent. Il a laissé boxer malgré les fautes de McGregor encore trop tenu par ses réflexes MMA. Puis au dernier moment il a évité un KO complet en arrêtant le combat alors que McGregor manquait clairement de lucidité. Tout le monde s’y retrouve.

Mayweahter sort la tête haute et ajoute une victoire de plus à son palmarès. Il reste invaincu et arrive à donner l’impression que son dernier combat, qui lui donne une cinquantième victoire, est un vrai affrontement. McGregor gagne le respect de ceux qui ne le croyait pas capable de boxer et peut mettre en avant son courage et sa ténacité. Après tout, il a osé monter sur le ring face au meilleur. Tous les deux empochent un paquet de fric colossal, les fans sont heureux, personne n’a perdu la face. Oui, Mayweather est un vrai pro qui a bien compris que le business de la boxe avait besoin d’un spectacle duquel tout le monde sort grandi.

Était-ce un vrai combat ? Mayweather a-t-il volontairement boxé en dessous de ses capacités pour faire durer, comme certains le disent ? Je n’en jurerais pas. Je dirais plutôt que Mayweather a eu l’intelligence de ne pas sous-estimer son adversaire et de comprendre que le danger, même peu probable, était réel en cas d’erreur de sa part. Son plan était parfait : il lui suffisait d’attendre pour gagner facilement, et c’est ce qu’il a fait. Évidemment, on l’a vu adopter un style plus agressif qu’à l’habitude, et s’il l’avait fait face à Pacquiao, il aurait risqué sérieusement le KO. Mais face à McGregor, il pouvait se le permettre sans problème.

Ce combat était-il intéressant du point de vue sportif ? Pas vraiment. C’était un show correct, mais certainement pas un affrontement au sommet. Au fond, je pense que McGregor n’a pas vraiment compris ce qui lui est arrivé. On l’a entendu se plaindre de ce que l’arbitre l’avait arrêté trop tôt, alors qu’il était manifestement sur le point de finir KO.

Mayweather a tout géré de main de maître. Un vrai pro. That’s entertainement.

L’analyse en carton qui fait du bien

Le combat du siècle approche. C’est ce samedi. Mayweather vs McGregor. D’un côté, le retraité le plus rapide de la galaxie qui va boxer sur son terrain. De l’autre, un putain de teigneux venu du MMA. Le tout va se jouer pour un très gros paquet de pognon, cela va sans dire, et sent donc l’attrape-touriste à plein nez. Déjà que le précédent combat du siècle avait été nullissime, rappelez-vous. Mayweather vs Pacquiao. Très honnêtement, Pacquiao aurait dû gagner et sur ce coup, je souscris intégralement à l’analyse d’un certain Alain S. qui a même eu la lucidité de ne pas voir derrière ce combat en toc la main de la fameuse « communauté bien identifiée ». Il progresse. Dissidence mise à part, il est normal de détester Mayweather : c’est un con et un boxeur brillant, qu’on croirait presque intouchable. Je fais partie de ceux qui déteste son style de danseuse, mais je suis bien obligé de reconnaître que personne n’a réussi à lui mettre la correction qu’il mérite.

Je vais un instant faire semblant de croire à tout ce cirque, faiblesse oblige. Raisonnablement, Mayweather devrait ballader McGregor et le laisser sur les rotules rapidement. Un super pro sur son terrain face à un gars qui en veut mais qui sort de son domaine, aussi bon soit-il dans ce qu’il fait, ça ressemble à un champion face à un amateur. Techniquement Mayweather est à des années-lumières de McGregor et sa seule faiblesse est son âge, qui pourtant ne semble pas trop avoir entamé sa vivacité exceptionnelle. Pourtant, je vais prendre le parti de McGregor. Parce qu’il a un mental d’acier. Le personnage qu’il joue est agaçant, mais on sent qu’il en veut. C’est peut-être même la seule chose qui peut le faire tenir.

Alors voila, je parie que McGregor va avoir l’air raide et pataud à côté d’un Mayweather souple et félin. Je suis sûr que McGregor va se faire cueillir plusieurs fois sans même comprendre d’où vient la foudre. Mais comme il faut croire un peu aux miracles parfois, je le vois bien profiter d’une seule petite brêche, d’une seule petite demi-seconde qui lui permettra de placer un bon crochet et de coucher une fois pour toute la danseuse arrogante. L’espoir fait vivre, et si par impossible McGregor gagne, ce sera la preuve que le mental fait tout.

Allez, on y croit. Si le branleur irlandais explose le connard afro-américain, même la reconquista est possible.